Rêve

Où sont passés vos rêves d’enfant ?

Rêve

Enfants, nous rêvions d’être cosmonaute, super héros, aventurier ou bien, plus modestement pompier, policier ou président de la république. Personnellement, quand j’étais petit, je rêvais d’écrire des poèmes sur la place du marché de ma petite ville pyrénéenne.

Bon, il est vrai, mon business model n’était pas encore des plus au point mais j’espérais sincèrement pouvoir un jour vivre de mes poèmes. De cette petite histoire, il est amusant de constater que, après avoir suivi des études d’ingénieur et côtoyé pendant plus de 5 ans divers milieux liés à la recherche scientifique, je n’ai jamais été aussi près de ce rêve d’enfant. Bien évidement, il y eu pas mal de péripéties entre temps, mais le résultat est là.

Aujourd’hui, cette ville s’appelle internet et la fameuse place du marché où se côtoient habitués et nouveaux venus, n’est autre qu’un mélange de Google, Twitter et autres réseaux sociaux. Mes poèmes ou plutôt articles, je les écrits désormais sur un blog et non sur papier car oui, il faut savoir évoluer avec son époque. Bref, mon rêve d’enfant est désormais là, sous une autre forme (et agrémenté d’un business model mieux structuré).

De notre enfance à notre vie d’adulte, notre vision du monde et notre environnement évoluent considérablement. Il en va de même pour nos rêves d’enfants qui changent en fonction de nos envies et nos besoins du moment. Nos rêves d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’hier mais n’en sont pas moins importants.

Cependant, j’aimerais souligner que je n’ai nullement insinué que nos rêves d’enfant évoluaient en fonction de nos compétences car non, ce n’est pas le cas or, nous faisons tous cette erreur !

En effet, au fur et à mesure que nous avançons dans la vie, nous diminuons progressivement nos ambitions pour rendre petit à petit nos rêves communs. Il faut dire que les contraintes qui s’ajoutent par couches à notre  quotidien y jouent pour beaucoup. Mais est-ce une raison pour laisser cette situation telle qu’elle pour un jour arriver à des désirs tellement banals qu’ils ne portent de rêve que le nom.

Afin d’appuyer ce point important, laissez-moi vous conter une petite histoire :
Un ami rêvait depuis sa plus tendre enfance d’être pompier. Bien que les années passèrent, ce rêve resta toujours fort présent. Fréquemment premier de la classe, après une mention Bien à un BAC scientifique il continua logiquement sont cursus scolaire par une grande école d’ingénieur. Cependant les contraintes imposées par ses brillants résultats commencèrent alors à le détourner d’un rêve d’enfant qu’il n’avait pourtant jamais quitté des yeux.

Après une année laborieuse, aussi bien sur ses résultats que sur son moral (les deux étant souvent liés), il décida de laisser tomber ses études pour réaliser son rêve. Probablement une des meilleures décisions que pris notre capitaine sapeur-pompier…

Peut-être que aujourd’hui vous ne rêvez plus d’être président ou astronaute, ce qui est tout à fait normal. Cependant, je suis convaincu que vous avez toujours en vous de grands rêves. Sont-ils toujours ambitieux ? Et, plus important encore, ressentez-vous l’envie de les toucher enfin du doigt ?

Je vous laisse méditer sur ces 2 questions en vous rappelant juste un point d’important : peu de chose sont impossibles à celui qui le désire ardemment et se donne les moyens d’atteindre ses buts !

Crédit photo : Stuck in Customs

...et pour finir, 3 liens fondamentaux à VITE regarder : En vous souhaitant une belle découverte 😉



 

9 comments

  1. Pour moi mes rêves d’enfants sont les rêves que j’avais étant enfant! Ils étaient influencés par mon environnement familial, culturel et social. Ils n’ont plus lieu d’être car cet environnement n’as plus rien à voir avec le passé. Courir après ses rêves d’enfant pour moi c’est courir après le passé, c’est de la nostalgie. Ces rêves n’étaient pas forcément les miens trop influençable que j’étais à l’époque.
    Je dirais simplement qu’il vaut mieux courir après les rêves que fait l’enfant de 40 ans que je suis maintenant c’est bien plus amusant.
    (Merci pour ce blog que je découvre, il est plein de bonnes questions et de bonnes réponses )

  2. Merci Yann 🙂

    Effectivement, rien n’est plus enrichissant que de préserver son âme d’enfant (et non la nostalgie liée à l’enfance). On s’amuse tellement plus et… c’est communicatif 😉

  3. Pour moi je vit actuellement mon rêve: travailler dans les télécommunications. La plupart des gens ont essayé de dire que c’est un domaine où il y a trop de concurrence et que même si j’obtenais mon diplôme je n’arriverai pas à intégrer une boite de télécoms.

    Mais aujourd’hui ce sont ces mêmes personnes qui me félicitent et me citent en exemple aux autres.

    Eh bien comme quoi: la persévérance paie.

    Samuel

  4. Bravo pour mettre cette notion très importante dans le débat. Des recherches montrent que lorsqu’on s’interroge sur sa carrière, à tout âge, on a en toile de fond les questions qu’on se posait entre 10 et 15 ans. Retrouver les professions qu’on trouvait marquantes quand on était ado est incroyablement puissant pour prendre des décisions sur notre avenir professionnel.

  5. Je me trouve bête tout à coup, car j’ai beau chercher, je ne me souviens absolument pas quels étaient mes rêves d’enfant. J’ai 45 ans, et je suis infoutu de vous dire ce que je voulais être quand j’étais petit. Peut être est-ce pour cela que je ne sais foutrement pas sur quelle branche poser mes fesses. Foutaise que tout ce questionnement ? je ne crois pas, il y a qq chose à saisir – qui pourrait m’aider ?

  6. Bonjour Philippe, ce n’est pas bien grave si vous ne retrouvez plus vos rêves d’enfant.

    L’idée de l’article est surtout de continuer à rêver « comme un enfant » tout en étant adulte.

    Qu’est-ce qui vous fait rêver tel un enfant aujourd’hui ?

Comments are closed.