menu
 Nicolas Pène - Stratège en Influence et Persuasion
Comment les bons entrepreneurs gèrent leur temps
IMPORTANT :

Commencez ICI !

Comment les bons entrepreneurs gèrent leur temps

 Ceci est un article invité de Mohamed des blogs SimpleDad.fr et SemeUnActe.com

Le temps ! Simultanément ce qu’il y a de plus précieux et ce que la plupart d’entre nous bradent contre un salaire minimum pour nous acheter des choses inutiles afin d’impressionner des gens que nous n’aimons pas forcément ! C’est pour sortir de ce tableau que j’ai décidé de devenir entrepreneur.

Or, la première réalité à laquelle vous êtes confronté en tant que nouvel entrepreneur, c’est bien la profusion de temps. Vous en avez tellement que vous vous permettez même d’en dépenser un peu (beaucoup) sur les réseaux dits sociaux. Vous vous mettez à checker vos mails douze fois par heure. Youtube, et les vidéos drôles (comprenez débiles) deviennent votre meilleur ami.

Le problème est le suivant : plus personne n’est là pour vous dire quoi faire, c’est à vous de trouver quoi faire, comment le faire et le temps de le faire. Si vous ne vous bougez pas, personne ne viendra taper sur votre épaule et vous demander des résultats. Avec cette liberté vient donc une grosse dose de responsabilité.

Commencez par vous procurer les outils de planification pour décharger votre cerveau !

C’est le premier conseil, car c’est aussi la chose la plus importante. Vous devez avoir sous la main des outils d’organisation et de planification de votre temps. La raison en est simple : vous ne ferez pas ce qui n’est pas couché sur le papier blanc.

N’ayant pas de compte à rendre à qui que ce soit, votre cerveau va errer et passer d’une distraction à une autre. C’est humain et nous le faisons tous. Le problème, c’est lorsqu’on passe des jours entiers à être distrait. Les jours finissent par se transformer en semaines puis en mois. Et avant de vous en rendre compte, vous aurez passé des mois à penser fort à ce que vous vouliez faire, mais sans jamais le faire.

entrepreneur time management

Diviser la réflexion et la production

Ca peut paraitre très compliqué dit comme ça, mais en réalité cela veut dire : ne réfléchissez pas devant votre ordinateur. Objectivement la très grande majorité de celles et ceux qui liront cet article travaille devant un ordinateur tout au long de la journée. Que vous soyez salarié ou entrepreneur n’y changera rien, vous serez plantés devant votre écran durant de longues heures et cela durant des jours.

Cet état de fait cache une vérité toute simple : lorsque vous réfléchissez à ce que vous devez faire, votre ordinateur ne vous sert pas. Comme il ne vous sert pas, mais que vous l’observez quand même, il devient une source de distraction. Internet étant ce qu’il est aujourd’hui, c’est-à-dire probablement la plus grande source de distraction que l’humanité ait connue… vous en venez irrémédiablement à réfléchir (comprenez glander) beaucoup plus longtemps que prévu.

Ma technique est simple, je ne réfléchis pas devant mon ordinateur. Je me lève et je marche. Marcher m’aide à me focaliser sur mes pensées. Pour certaines personnes, il s’agira de se mettre dans un bon fauteuil avec un cahier et un stylo, pour d’autres elles préféreront sortir se balader, s’asseoir dans un parc. Bref, tout… tant que vous ne restez pas devant votre ordinateur, car…

Penser ce n’est pas travailler

Oui c’est un peu direct, mais pour un entrepreneur c’est une vérité. Un salarié n’a pas d’obligations en la matière. L’employeur paye autant son temps que sa matière grise. Les résultats peuvent donc s’étaler sur des jours et mettre peut-être même des semaines à venir, cela fait partie du jeu. Tout le monde l’accepte, employeurs comme employés.

Pour l’entrepreneur c’est différent. Si je prends notre cas à Nicolas et moi, nous ne gagnons aucun argent quand nous pensons. Nous gagnons de l’argent quand nous agissons, quand nous faisons arriver les choses, quand nous sortons un produit et quand les gens nous font confiance.

En clair, penser est une activité qui ne rapporte rien, même si elle est indispensable. Si vous pensez que mes mots sont durs, je vous propose de faire le tour de vos amis et spécialement de celles et ceux qui sont particulièrement fiers de leur cerveau. Je suis certain que vous en trouverez un bon nombre qui malgré toutes les apparences d’intelligence qu’ils veulent se donner, mène des vies grises et sans saveur. Et c’est normal, car…

Elles devraient consacrer du temps à ce qui est important

Et pas à ce qu’elle PENSE important ! Les vrais entrepreneurs ont un flair plus ou moins conscient pour ce qui est important. Vous connaissez probablement le best-seller de David Allen, Getting Things Done (faire avancer les choses). Eh bien le titre n’est pas tout à fait approprié. Il aurait du s’intituler Getting Right Things Done (faire avancer les bonnes choses).

Une autre image intéressante est celle de la personne qui s’évertue pendant des années à gravir les échelons pour finir par s’apercevoir que l’échelle était adossée au mauvais mur. Il n’y a rien de pire que de perdre son temps en travail inutile.

Le travail inutile c’est quoi ? C’est le travail qui n’aurait jamais dû être fait en premier lieu. C’est le travail que nous qualifions d’urgent alors qu’en réalité il ne fait que nous distraire de notre vrai but.

Ma méthode pour savoir ce qui est important est simple. Je me pose la question suivante : si je ne fais pas telle chose, est-ce que mon objectif final est menacé ? Cela me permet toujours de recadrer les choses. Certains diront, encore faut-il savoir quel est son objectif final.

Les entrepreneurs savent où ils vont

Le dicton le dit bien : vous n’arriverez jamais là où vous ne savez pas que vous devez aller. C’est ce que j’appelle « la vision ». C’est l’endroit où je veux arriver, le but que je veux accomplir. Sans vision, il est impossible d’inscrire vos actions journalières dans un contexte plus grand. Et sans contexte, il n’y a pas de réponse à la question « pourquoi ? »

Pourquoi faites-vous ce que vous faites, et tous les jours qui plus est ? Cette question n’est, bien entendu, pas inhérente aux seuls entrepreneurs, mais j’ai observé que les entrepreneurs ont une réponse souvent plus claire que les autres. Une remarque cependant, si vous faites ce que vous faites « pour l’argent », il a de fortes chances que vous n’ayez pas vraiment de réponse à la question pourquoi ! Et s’il n’y a pas de réponses à la question pourquoi, il y a forcément démotivation au fil du temps.

Alors forcément j’ai envie de vous poser la question : Pourquoi faites-vous ce que vous faites, et tous les jours qui plus est ? Discutons-en en commentaire.

À propos de l’auteur :

Mohamed Semeunacte

Mohamed Mouras blogue depuis 3 ans sur Semeunacte.com et Simpledad.fr. Il est webentrepreneur depuis plus d’un an et il lance en ce moment même sa quatrième formation « Comment Switcher de Mentalité en 14 jours : Organisez-vous, planifiez et osez passer du salarié à l’entrepreneur ». Pour plus d’informations, cliquez-ici.

Credit Photo : H. Koppdelaney

Vous appréciez les conseils prodigués dans cet article ?
Cliquez vite ici pour en savoir plus GRATUITEMENT !

★ Découvrez Les Formations ★

  1. Mohamed Semeunacte

    Merci à toi Poto pour m’avoir accueilli sur ton blog :-)

  2. Nicolas

    C’est toujours un grand plaisir, comme tu le sais ;-)

    Merci à toi pour cet article qualitatif.

  3. Julien

    Super article ! Je me reconnais dans certains passages … ah les distractions, facebook and co … ;)

    J’ai une chose à ajouter à l’article.

    Bien que la motivation première ne doit pas être l’argent (car on finit toujours frustré avec cette envie), c’est quand même l’argent qui permet de pouvoir continuer à faire ce que l’on aime. Entreprendre et apporter un message, de la richesse aux autres.

    Je dirais aussi que l’entrepreneuriat n’est pas un sprint, c’est un marathon. Sachant cela, la question est: combien de temps pouvons-nous tenir,(avec quelles réserves financières surtout), avant d’arriver à atteindre notre objectif et de réussir à engranger de l’argent ?

    • Mohamed Semeunacte

      L’entrepreneuriat n’est pas un sprint mais un marathon, je retiens, j’aime beaucoup. Merci Julien :-)

  4. Dorian

    Bonjour Mohamed,

    Se manager soi-même demande une discipline de fer ! Les distractions sont nombreuses quand on est chez soi, à commencer par internet comme tu le dis.

    Ce que j’aime bien faire est de noter la veille ce que je ferai le lendemain. Mon cerveau travaille plus vite le soir et j’arrive à me faire une bonne idée des priorités du lendemain.

    Merci pour cet article.
    Dorian

  5. @digital_inside

    Ton article est très juste. Comme beaucoup d’entre nous j’ai eu la joie de connaître les deux statuts. Quand j’ai travaillé à mon compte il y a eu un moment où j’ai passé plus de temps à penser à ce que je pourrais faire qu’à faire prospérer ce qui existait déjà… à partir de là ça a moins bien marché. Question de dosage c’est évident (avec le recul). Il est satisfaisant d’avoir de belles idées, c’est encore plus satisfaisant et motivant de les concrétiser et de les développer !

  6. Sidou

    Merci beaucoup pour cet excellent et utile article, bonne continuation.

  7. julien

    Les outils de planification ne sont ils pas une perte de temps ? C’est une question qui me vient souvent à l’esprit car je pense que la planification doit etre la plus simple possible. Quand je vois certains outils et méthodes complexes, je m’inquiete pour ceux qui les utilisent ! Il s’agit surement d’une question de tempérament !

  8. Le Self Made Man

    Article très intéressant ! En devenant entrepreneur il faut prendre ses responsabilités et surtout se discipliner. Sans discipline un entrepreneur ne fait pas long feu, surtout avec les sites comme Youtube, Facebook…

  9. William

    Je viens de découvrir ton blog! Félicitation! Mon prochain projet est de devenir entrepreneur et enfin commencer la vie que je souhaite!
    Merci pour ton blog qui permet de rester sur les rails

  10. André BROUCHET

    Excellent.

    Cela me rappelle un peu Descartes : « Je pense… donc …j’essuie (mes larmes…) »
    ou je pense donc … je dépense… au lieu d’agir et donc de construire sur du matériel disponible.
    L’avènement de « l’immatériel » dans la comptabilité de l’enreprise est cependant une réalité, tout comme la co-révolution (voir le livre d’Anne Sophie et Stéphane) qui met l’accent sur la convivialité lucide, active et rémunératrice non seulement en argent mais en considération et en « humanitude » comme dirait Ségolène… (qui c’est déjà ?).

  11. Pierre

    Très bien dit, sauf peut-être en ce qui concerne les outils de planification. Il y en a beaucoup qui ne sont pas faciles à utiliser et ne sont pas très utiles. A mon avis, l’outil Outlook peut très bien servir pour la planification.

  12. Bucquet

    Bien vue Mohamed :)

  13. gildas

    Je dois reconnaître que je me suis reconnu dans beaucoup de chose dans cet article, mais (et oui j’ai un « mais »), la méthode GTD m’est très utile pour me « re » concentrer voir pour me permettre de flaner sur le web et les réseaux sociaux. Je pense faire quelques articles sur cette méthode, mais je pense aussi que l’on pourrait y consacrer un blog entier !