menu
 Nicolas Pène - Stratège en Influence et Persuasion
Et si on s’ennuyait ?
IMPORTANT :

Commencez ICI !

Et si on s’ennuyait ?

Et si on s'ennuyait ?

Tout tend à s’accélérer : les technologies évoluent de plus en plus rapidement, l’accès à l’information est plus immédiate et abondante que jamais et notre éventail de possibilités n’a jamais été aussi ouvert.
Face à ces nouvelles richesses, notre esprit peut ainsi se permettre de vagabonder d’un sujet à un autre très facilement. Ainsi, rares sont les moments ou nous nous retrouvons face à l’ennui.

Cet éventail de possibilité nous apporte un choix quasi-illimité d’opportunités. Cependant, cette abondance et notre envie incessante de rester connecté au monde, nous font tout simplement oublier de prendre du temps pour regarder calmement en nous-même.
Or, c’est justement en prenant le temps de réfléchir seul, isolé du monde extérieur, que viennent nos meilleures idées. Que ce soit des solutions à nos problèmes, la définition de nouveaux projets ou une simple introspection, tout cela nous vient généralement lors des moments de calme. Au vu de tous ces bénéfices, il serait dommage de s’en priver, ne croyez-vous pas ?

La peur de l’ennui

L’ennui, voilà bien une chose que nous tentons à tout prix d’éviter. C’est vrai, pourquoi chercher à s’ennuyer, c’est tellement ennuyeux ?
Cependant, tout comme il est recommandé qu’un enfant apprenne à s’ennuyer, il en va de même pour nous.

En effet, pendant ces moments où « il n’y a rien à faire », nous nous retrouvons enfin confronté avec nous-même. Notre mental, n’étant plus captivé par une quelconque activité extérieure, peut enfin prendre le temps de structurer les pensées. C’est ainsi que nous commençons à réellement réfléchir sur nos préoccupations, nos envies, nos désirs et, plus généralement, sur nous-même.
Nous prenons enfin le temps de poser calmement les choses. Nous sommes hors du temps, complètement isolé des bruits du monde extérieur.

Nous n’en n’avons pas forcément conscience sur le moment, mais ces moments sont réellement importants et contribuent pleinement à atténuer le facteur stress et rétablir en nous-même une certaine harmonie. Pour ajouter une cerise à notre gâteau, ces moments privilégiés permettent de développer de manière conséquente notre créativité.
Voilà pourquoi il est important de s’ennuyer !

Prendre rendez-vous avec nous-même

Comme nous l’avons vu précédemment, le rythme de vie moderne fait que nous sommes régulièrement sollicités de parts et d’autres. Que ce soit l’omniprésence des média traditionnels, le téléphone devenu indispensable (en apparence) ou Internet accessible depuis presque n’importe où, les sources de distraction ne manquent pas. Et encore, je n’approfondis pas plus en traitant du contenu disponible sur chacune de ces sources.

Avec toutes ces tentations, il n’est pas des plus aisé de trouver des moments pour prendre rendez-vous avec nous-même.
Ceci dit, l’obstacle n’est peut-être pas si incontournable qu’il n’y parait. En citant les sources empêchant l’établissement de notre rendez-vous, nous avons également identifié un début de solution : Couper net l’accès à ses divertissements.

Attention, je ne dis pas de couper complètement vos accès aux informations et divertissements mais, de savoir les interrompre au moment opportun. Par exemple, éviter d’allumer la télé ou l’ordinateur pour combler un vide, ne pas prendre de magazines, livres ou saisir son téléphone lors des moments d’attente ou transports en commun.

Ces habitudes peuvent paraitre fastidieuses à appliquer ou à maintenir, pourtant avec un peu d’effort et de discipline, elles se mettent très vite en place. De plus le plaisir que l’on tire de ces moments de calme fait vite oublier le besoin d’accéder en permanence à l’information et aux divertissements.

Pour solliciter un peu plus ces moments, vous pouvez également prendre du temps pour marcher quotidiennement, ce qui permettra également de vous aérer et mieux vous détendre.

Mis bouts à bouts, ces petits actes permettront de vous retrouver enfin avec vous-même et réfléchir calmement aux sujets qui vous tiennent réellement à cœur.
Bien loin de vous ennuyer ces moments vous apporteront de nouvelles idées, des solutions à vos problèmes ainsi qu’une plus grande paix intérieure. Alors pourquoi s’en priver ?

En conclusion, pensez à organiser fréquemment des réunions avec vous-même. Croyez-moi, loin de s’y ennuyer, votre interlocuteur en ressortira ravis ;)

Photo : Ivan Constantin

Vous appréciez les conseils prodigués dans cet article ?
Cliquez vite ici pour en savoir plus GRATUITEMENT !

★ Découvrez Les Formations ★

  1. DavidB_riche-et-heureux.fr

    D’accord avec toi mais vive l’ennui constructif, pas l’ennui ennuyeux.
    Je ne sais plus qui a dit (à peu près) : « rester chez soi c’est rester en soi, il faut être sûr d’y trouver de quoi vivre » ;-)

  2. N.

    Très belle citation, pleine de sens, j’aime beaucoup. Merci David pour ton commentaire :)

  3. Miaou -Isabelle

    L’ennui est aussi utile pour les enfants disait Dolto
    J’avais expliqué à mes enfants qu’il était bon de ne rien faire de temps à autre, histoire de laisser son imagination se ballader et que cela aider à « grandir dans sa tête »
    Une fois que mon fils ne faisait rien sur le canapé (il devait avoir 10 ans) mon père, de cette générétion où ne rien faire était « peché ») l’interpelle en lui demande  » « Pourquoi t’ennuie tu? n’as tu pas des choses à faire ? »
    - « Je m’ennuie Papi , je grandis …  »

    Mais tu as raison de me rappeller de ne rien faire … a mettre dans ma TO DO list ^^

  4. julien

    Ahhhh moi qui viens de passer quelques semaines cloué au lit pour diverses raisons de santé, je peux vous dire que l’ennui j’en ai ma claque! :)

  5. N.

    Miaou -Isabelle : Vraiment fort la réponse du fiston :D
    Mais il est vrai que, pour beaucoup, l’ennui et surtout « ne rien faire » est synonyme de paresse. À mon avis, ce n’est pas une question générationnelle. Avec le stress de la vie, nos générations et les futures risquent malheureusement de préserver cette fausse idée.

    Julien : Oui, j’imagine bien que tu as largement explosé le quota d’ennui :)
    Février sera un bien meilleur mois. Du moins, c’est ce que je te souhaite sincèrement ;)

  6. Miaou -Isabelle

    Julien : je sors d’un total de 3 mois d’hospitalisation et 1 mois d’immobilisation sans compter les jours où j’etais incapable de ne « rien faire »
    Est ce l’avantage d’etre une femme, parceque avec du tissu de la toile une aiguille et du fil on est vite occupée, avec un livre, avec un pc, (chouette, désormais on a le droit de les amener en hospitalisation) ou même un papier et un stylo , je ne me suis jamais ennuyée ! Meme dans les files d’attente, je ne m’ennuie pas : c’est du temps -cadeau : je peux toujours « marcher dans ma tete »
    Ce qui m’amène à vous posez la question
    qu’est ce que l’ennui ?

  7. N.

    Merci Isabelle de partager avec nous ce retour d’expérience qui est l’exemple même d’une bonne maîtrise de l’ennui et ce, malgré les difficultés. Toujours est-il, j’espère que cela va mieux pour toi.

    Pour en venir à la question, qu’est-ce que l’ennui, nous voilà parti sur un joli débat philosophique :)
    Est-ce ne rien faire ? Mais, justement est-il possible de ne rien faire et donc ne rien penser ?
    Or si l’on prend conscience que l’on s’ennuie alors on fait quelque chose : on pense à l’ennui. Paradoxe ? :D

  8. Sam

    Ces moments sont très efficaces pour trouver des idées ou des solutions.
    Pour ne penser à rien le mieux est la relaxation, au début l’exercice est assez difficile, mais une fois maîtrisé, il est possible d’y accéder en très peu de temps sur simple demande.

  9. N.

    Sam : tout à fait, c’est un réel travail sur soi mais qui apporte beaucoup à l’arrivée.

  10. Grégory

    C’est vraiment un truc qu’on nous explique dès tout petit : toujours faire quelque chose. Ne pas s’ennuyer, avoir un emploi du temps bien rempli :après l’école, le goûter, puis les devoirs, puis le bain, puis on mange, puis on dort … Pareil pour les weekends (sans l’école) … Il faut toujours être actif. Ou du moins avoir l’air occupé. Un peu comme au boulot :-)

    Alors que les moments d’inactivité sont nécessaires pour souffler, ou prendre le temps de la réflexion.

    Comme Miaou -Isabelle, je m’ennuie rarement … Un bête papier/stylo suffit à mon bonheur … Je pense, je réfléchis, j’écris …

  11. Jérémy

    Une fois n’est pas coutume, je me contenterai de citer Cioran, un de mes philosophes préférés : « Un homme ennuyeux est un homme incapable de s’ennuyer ». Je crois que ça résume tout :)

  12. N.

    Grégory : Tout à fait. Ce conditionnement depuis notre enfance procure en nous un vif sentiment de culpabilité dès que nous n’avons rien à faire.

    Jérémy : très belle citation. Je ne connaissais pas. Merci Jérémy :)

  13. Fajr Breeze

    Le seul hic est que le mot « ennui » sonne mal, un autre synonyme beaucoup plus gai serait le bienvenue.

    • N.

      Fajr Breeze : C’est justement pour cela que j’ai utilisé ce mot, pour souligner la connotation qu’il implique.