menu
 Nicolas Pène - Formateur, Coach, Conférencier en PNL & Stratégies de Réussites

Et lui, que ferait-il ?

Et lui, que ferait-il ?

Nous sommes tous, à un moment ou à un autre, confrontés à des décisions difficiles à prendre. Dès lors, un sentiment bien connu de tous fait son apparition : l’hésitation.

Or, comme le dit l’adage « L’absence de choix est le pire des choix », cependant prendre une décision à la va vite rien que pour éviter toute procrastination n’est pas non plus une bonne solution, loin de là.

Il convient donc de savoir prendre le temps nécessaire à une telle réflexion. Dès lors, nous pourrons aisément réfléchir aux différentes routes à prendre, demander l’avis de nos proches et mûrir sereinement la réflexion.

Cependant, bien que les suppositions et conseils nous aident dans notre choix, ils ne permettent en rien de passer à l’action. De plus, les désirs de vos proches peuvent parfois vous influencer faussement et vous diriger vers leurs directions et non les vôtres.

C’est votre propre voie et non celle des autres !

« Et lui, que ferait-il ? Et elle, que ferait-elle ? »
Voilà une des questions qu’il peut m’arriver de me poser lors d’une prise de décision.

Mais qui est donc ce lui/elle ?
Cette personne correspond tout simplement à un personne que vous admirez et qui d’une certaine manière partage les valeurs et buts que vous recherchez réellement. Cela peut-être un personnage célèbre, un héro de film, un mentor ou tout simplement l’image d’un futur vous-même empli d’assurance et de confiance en lui.

Quel que soit le modèle que vous choisirez, essayez d’imaginer comment il réagirait face à de telles décisions. Comment envisagerait-il le problème ? Quelle solution choisirait-il ?

Peut-être que le résultat de ce petit exercice ne vous donnera pas de solutions claires, peut-être même que vous choisirez une toute autre piste que celle de votre modèle. Cependant, en vous confrontant à ce petit exercice, vous verrez l’équation sous un tout nouvel angle et avec un regard neuf et, dès lors, votre prise de décision n’en sera que plus mature et aboutie.

Photo : @boetter

Vous appréciez les conseils prodigués dans cet article ?

N'attendez plus, récupérez TOUT DE SUITE votre cadeau :
35 Conseils d'experts pour obtenir SANS ATTENDRE des changements positifs dans votre vie. Ne ratez pas le coche : Cliquez vite ici pour récupérer VOTRE CADEAU !

★ Découvrez Les Formations ★

  1. Axel

    La prise de décision est un problème majeur qui est véritablement difficile à résoudre. Comme tu le dis, il est important et difficile d’évaluer le temps nécessaire à la recherche de prise de décision.

    Je suis d’ailleurs en train de lire un livre que je vais bientôt chroniquer sur mon blog qui consacre une partie à ce sujet.

    Pour synthétiser il dissocie en 2 catégories les choix que nous faisons :

    Ceux où il faut prendre le temps pour se décider.
    C’est le cas généralement lorsque l’on ne peux pas revenir en arrière, les conséquences peuvent être grave, qu’il y ait des personnes qui dépendent de nous ou que nous nous sommes déjà trompé souvent dans ce type de décision.

    Et puis la seconde catégorie il n’est pas très important de prendre trop de temps pour se décider. C’est principalement le cas des décisions à faibles conséquences ou lorsqu’il est possible de revenir sur sa décision.

  2. Hervé

    Ah, c’est le fameux « que ferait Jésus » des américains ! Je l’utilise de temps à autres avec mes idoles personnelles.

    Une autre manière de faire est de se demander entre quoi et quoi on doit choisir, puis de faire une activité rapide qui occupe l’esprit (genre sudoku), puis de choisir à toute vitesse.
    Des études ont en effet démontré que les décisions prises ainsi étaient plus solides au changement et étaient a postériori jugées comme plus satisfaisantes que lors d’une réflexion logique et posée.

  3. N.

    Hello et merci pour vos commentaires.

    Axel : Je suis vraiment curieux de découvrir ce livre. Il ne reste plus qu’à attendre la chronique ;)

    Hervé : Merci pour cette technique de décision rapide. J’en employais parfois une assez similaire, celle du pile ou face. Une fois la pièce lancée et le résultat découvert, je me retrouvais généralement face à 2 sentiments opposés : le soulagement ou la déception. Ma décision se faisait ainsi en fonction du sentiment et non du résultat de la pièce.
    La difficulté est que, maintenant, en ayant retiré l’enjeu décisif du pile/face, cela marche beaucoup moins bien.

  4. Axel

    Merci Nicolas, je l’ai presque fini mais il me faut encore peaufiner un peu ^^.

  5. N.

    good good :)