menu
 Nicolas Pène - Connaissance de Soi (ennéagramme) & Stratégies Business

Hypnose et vitesse de lecture : Avez-vous entendu parler de l’hypno-lecture ?

Article invité rédigé par Quentin COTTEREAU du blog des Outils du Mentaliste.

En début d’année, Nicolas a multiplié sa vitesse de lecture par 3,5 au cours de son défi lecture rapide.
Venant de tomber sur ces articles, j’ai eu envie de partager avec vous mon expérience de l’hypno-lecture, un hybride entre la photo-lecture et l’auto-hypnose.

Je vous propose de voir d’abord un aperçu de cette méthode, puis des différents résultats que j’ai obtenus.

Mais avant, sachez que j’ai toujours été un gros lecteur. Depuis tout petit, je lis un maximum. Pendant une longue période, c’était essentiellement pour m’échapper d’un quotidien trop fade à mon goût.
Toujours fourré à la bibliothèque ou un livre à la main, c’était ma manière de prendre du plaisir. Jusqu’à ce que je ne puisse plus substituer le virtuel au réel.

À force de lire des livres de héros, j’ai voulu à mon tour en devenir un. Pas Superman, mais au moins un champion dans un domaine précis : la voile.
Je me suis donc mis à lire tout ce qui concerne le développement personnel, et certain plus technique à propos de la voile en général.

Et c’est à ce moment que je me suis rendu compte qu’il fallait que je lis plus vite. Que si je voulais vraiment devenir le meilleur, je devais me gaver de ces bouquins sur la théorie des fluides, la stratégie, la tactique, et tout ce qui concerne le mental comme la gestion du stress, et l’auto-hypnose.

hynose et lectureÀ l’époque, ce n’était pas pour gagner du temps et faire autre chose, mais pour accumuler toujours plus de connaissances. Je me suis d’abord orienté vers des méthodes plus classiques comme celle de Richaudeau qui ont le mérite de m’avoir enseigné les bases.

Après, c’est aussi la période où j’ai commencé l’auto-hypnose, et plus tard, j’ai découvert la photolecture dans un bouquin. Mais, je l’ai laissée de côté parce que je pensais qu’il me fallait vraiment un mentor pour me montrer comment faire.

Finalement, ce n’est qu’en 2011 que je suis tombé sur un stage d’hypno-lecture.
Avant de vous parler des résultats que j’ai désormais, je veux d’abord expliquer son fonctionnement.

L’approche de l’hypno-lecture

De l’inconsciemment incompétent à l’inconsciemment compétent

Ça, ce sont les deux stades cruciaux de toute intégration. Vous partez normalement de l’un pour arriver à l’autre.
Que vous appreniez à marcher, à faire du vélo ou une nouvelle langue, vous passez par quatre stades d’apprentissage :

  • Vous êtes d’abord inconsciemment incompétent. Vous ne savez pas ce que c’est, et encore moins comment faire.
    Lorsque vous êtes enfant, vous ne saviez même pas ce que c’était qu’un vélo. Alors, tenir dessus …
  • Puis, vous devenez consciemment incompétent. Vous savez ce que c’est, mais pas comment le faire.
    À ce moment, vous voyiez les grands faire du vélo, mais vous ne compreniez pas encore comment ça fonctionne.
  • Enfin, vous êtes consciemment compétent. Vous savez ce que c’est, et en vous concentrant vous êtes capable de le faire.
    C’est l’instant où vous montiez sur votre vélo rouge tout neuf, et en vous concentrant, vous arriviez à – plus ou moins – avancer.
  • Le stade final est d’être inconsciemment compétent. Vous savez ce que c’est, et vous pouvez le faire sans y penser.
    Arrivé là, vous étiez fier de vous ! Capable de tenir sur votre vélo un peu cabossé, mais sans roulettes et en criant à vos parents « Regardez-moi ! Je sais faire du vélo ! »

Cette dernière étape, on la vise dans presque tous les cas : que vous vouliez parler une nouvelle langue, conduire une voiture ou devenir un sportif de haut niveau, vous voulez être dans votre élément. Faire les choses sans même y penser.

Ce que vous lisez est pareil.
Vous commencez par aller en librairie sans trop savoir ce que vous cherchez (inconsciemment incompétent), le titre vous plait donc, vous lisez le résumé, et vous savez n’être pas capable de planter des tomates (consciemment compétent).
En le lisant, vous apprenez qu’il faut les arroser régulièrement. Vous êtes donc consciemment compétent. Et à force de les arroser, vous n’y pensez même plus et devenez donc inconsciemment compétent.

Cet exemple est ridicule, mais logique.
Maintenant, on va s’intéresser à un autre facteur…

L’inconscient

J’imagine que vous avez déjà fait connaissance avec votre inconscient.
Vous connaissez cette scène : vous passez devant une vitrine, et faites demi-tour parce qu’un titre vous a interpellé.

Si vous faites demi-tour, c’est grâce à lui.
Vous avez regardé la vitrine qu’une demi-seconde, et pourtant il a réussi à voir ce qui pouvait vous intéresser.

L’inconscient est le principal acteur de la photo-lecture. Paul Scheele, l’inventeur de cette méthode part du principe que l’inconscient est capable de capter toutes ces informations en une fraction de seconde. Un peu comme s’il prenait des photos à chaque instant.

Le principe est donc de tourner chaque page du livre assez vite pour que l’inconscient les photographie.
En procédant de cette manière, on inverse donc les deux dernières étapes de l’apprentissage.

  1. Inconsciemment incompétent
  2. Consciemment incompétent
  3. Inconsciemment compétent
  4. Consciemment compétent

Après, on cherche à retrouver toutes les données de manière consciente à travers une « conscientisation ». Cette étape fait intervenir différentes techniques de lectures rapides et de cartes mentales.

Pour reprendre le fonctionnement global de cette méthode :

  1. On commence par une prise en main du livre à travers les sommaires et une lecture rapide d’une page pour se familiariser avec le style de l’auteur.
  2. On « photographie » chaque page,
  3. On conscientise.

Et l’auto-hypnose dans tout ça ?

Dans son livre, Paul Scheele propose de se détendre avant l’étape de photoreading pour que l’inconscient soit plus performant, que le conscient lui laisse un peu de place.

En hypno-lecture, on utilise l’auto-hypnose pour se mettre directement dans un état modifié de conscience, qui permet d’être plus performant qu’avec une simple relaxation.

En fin, cette technique permet aussi de travailler sur l’atteinte d’objectif à travers la lecture du livre, et booster la conscientisation. Sans oublier la gestion des émotions pour réduire son stress et améliorer la confiance en ses sens.

Hypno-lecture V.S. Lecture classique

Voilà un débat intéressant, mais dans lequel il n’est pas facile de se mouiller.

L’hypno-lecture utilise un certain nombre de techniques empruntées à la lecture rapide classique. La grosse différence se situe dans l’étape de photolecture.

Est-ce qu’elle est vraiment intéressante ? Là, les résultats sont plus que mitigés.
Personnellement, j’utilise cette technique depuis trois ans maintenant. Et l’auto-hypnose depuis un bon paquet d’années.

Lorsque je procède à la conscientisation, il m’arrive régulièrement d’avoir un sentiment de relecture. Dans ce cas-là, c’est clair que je vais plus vite puisque je sens déjà ce qui est intéressant et ce sur quoi je peux passer.
Après, pour une raison que je ne comprends pas encore, ça n’est pas toujours le cas.

C’est donc une méthode très intéressante, à mon goût plus que la lecture rapide classique. Après, c’est aussi lié à mon job qui me fait utiliser l’hypnose au quotidien.
Concrètement, ma vitesse varie selon les livres et ce que je cherche entre 600 et 900 mots minute.

Ce qu’est finalement aussi capable d’atteindre un lecteur rapide assez entraîné.
Par contre, certains publicitaires parlent de près de 25 000 mots / minutes. Et je remets vraiment en question ce point.

En conclusion, l’hypno-lecture est intéressante, mais son fonctionnement reste difficile à mettre en œuvre.
Par contre, n’importe qui peut d’ores et déjà apprendre l’auto-hypnose pour se mettre dans des conditions mentales propices à l’apprentissage. Et ça, quelle que soit votre méthode préférée !

Article invité rédigé par Quentin COTTEREAU du blog des Outils du Mentaliste.

 


...et pour finir, voici quelques liens à VITE regarder : En vous souhaitant une belle découverte 😉


Vous voulez VIVRE
confortablement du Web ?


Recevez GRATUITEMENT
les conseils du Stratège préféré des
Entrepreneurs à succès !

Abonnez-vous
 au Podcast
Business de la Connaissance
Sur votre plateforme d'écoute préférée :


 

  1. Quentin COTTEREAU

    Merci de la publication Nicolas ! Ça m’a fait plaisir 😉

    • Nicolas

      Merci à toi surtout de nous avoir éclairé sur ce sujet très intéressant.

  2. Amibe_R Nard

    Bonjour Quentin

    Est-ce que tu utilises le truc de l’orange derrière la tête pour te mettre en condition (Comme le dit Scheele) ?

    Combien de temps (de seconde par page ou double page) mets-tu pour photolecturer le livre ? (et combien de passes ?)
    Avant de le lire en lecture rapide ?

    Scheele préconise aussi de faire un mindmap une fois sa lecture terminée.

    Ce que j’aime bien dans cette méthode, c’est également le travail de préparation du livre. Lecture de la table des matières, poser des (ses) questions sur chaque élément de la table des matières, afin d’aller plus vite vers les réponses dans le livre.

    C’est un peu ce que je disais à Nicolas, lorsqu’il parlait des tests de lecture rapide, avec les questions après lecture du texte. Pour connaître sa vitesse et son taux de compréhension.

    Si on lit les questions avant, on peut y répondre beaucoup plus vite. De manière peut-être plus inconsciente. Un peu à la méthode de Paul Scheele.

    C’est tout à fait comme si on regardait le livre comme on regarde un parcours sur une carte ou avec des jumelles dans la nature. On se prépare mentalement au « terrain » : photolecture et ensuite on l’aborde physiquement.

    C’est pourquoi je te pose la question du nombre de passes. (de photolectures)

    Pour le reste, oui, j’ai un gain notable depuis que j’utilise cette prévisualisation du texte. Au moins ça permet de savoir très vite si le livre est intéressant ou pas.

    A remarquer qu’on utilise souvent cette « technique » en consultant un journal et en feuilletant les pages pour ne s’arrêter que sur les articles qui nous intéressent vraiment. Et ça, de manière instinctive.

    Première approche, première visualisation du magazine. 🙂

    Bien Amicalement
    L’Amibe_R Nard

    • Quentin COTTEREAU

      Hello L’Amibe_R Nard,

      Merci de ton message.
      Donc pour reprendre tes questions dans l’ordre :

      Non, je n’utilise pas le truc de l’orange pour me mettre en condition. J’utilise une induction d’auto-hypnose avec la vision périphérique.
      Je trouve ça plus adapté.

      Pour la phase de lecture rapide, je passe une seconde et demi maximum par page donc deux par double page. Ca, c’est pour un livre papier étant donné qu’il faut tourner les pages.
      Sur tablette, j’y passe juste le temps de voir la page, et je tourne. Donc en général une seconde voir moins.

      En ce qui concerne la mind map, je la fait en même temps que ma lecture rapide, soit après la photolecture.

      En fait, avant de lire chaque livre, je me pose ce genre de questions de compréhension. Je m’efforce de chercher au maximum des informations précises, surtout quand le livre est vraiment technique !

      Et comme tu le dis, en lisant ces questions au débuts, tu vas plus vite, et tu retient bien mieux.

      A très bientôt,
      Quentin

    • Amibe_R Nard

      Bonjour Quentin

      Merci de ta réponse.

      Dans la technique de Scheele, j’avoue avoir un peu de mal à jouer de la vision périphérique, surtout pour faire « jaillir » le texte hors de la page ! (en se concentrant sur le milieu des deux pages)

      Tu y arrives, toi ?

      Ou alors est-ce contenu dans ton auto-hypnose avec vision périphérique ?

      En tout cas, merci pour tes réponses.
      L’Amibe_R Nard

  3. Filipozzi Nathalie

    La lecture rapide est une méthode qui est très efficace pour dégager du livre les choses essentielles. C’est comme si vous faisiez un résumé rapide de ce que vous lisez. Il existe des livres qui traitent de ce sujet et ils vous feront gagner un temps précieux en éliminant ce qui n’a aucune importance. N’avez-vous jamais fait cet exercice où les lettres des mots sont mélangés mais votre cerveau, par automatisme, les remet instantanément en place et vous permet de les lire ? En tout les cas, merci pour cet article qui nous fait voir la lecture différemment. Nathalie