menu
 Nicolas Pène - Spécialiste en Ennéagramme & Lecture de Personnalité

Un expert en Lecture Rapide vous donne ces conseils pour lire plus vite

Vous le savez surement, je suis actuellement en plein dans un nouveau défi 30 jours qui, cette fois-ci est dédié à la lecture rapide. Mon objectif est de lire 3 fois plus vite qu’avant !

Pour y arriver, je suis la formation Go Your Mind développée par Nicolas Lisiak (formateur en lecture rapide) afin d’apprendre les méthodes les plus efficaces et rapides pour atteindre cet objectif.

Dans le cadre de ce défi, j’en ai donc profité pour interviewer Nicolas Lisiak afin qu’il puisse vous donner ses meilleurs conseils sur la lecture rapide.

J’en ai donc profité pour lui poser une série de questions qui m’interpellaient avant de me lancer dans ce défi et qui, j’en suis sûr vous concerneront fortement.

Voici donc, pour vous, l’interview de Nicolas Lisiak, formateur et expert en Lecture Rapide :

Pour découvrir et suivre avec moi la formation de lecture rapide Go Your Mind, c’est ici :

Je veux lire plus vite

Transcription de l’interview de Nicolas Lisiak, expert en lecture rapide :

Nico Pène : Bonjour et bienvenus pour cette nouvelle interview. Alors, comme vous le savez probablement, je suis en train de réaliser un défi actuellement. Un défi qui consiste à lire trois fois plus vite en à peine trente jours. Pour cela, je travaille sur une formation, la formation « Go your mind », qui est préparée par Nicolas Lisiak. Donc aujourd’hui, j’ai l’honneur et le plaisir d’interviewer Nicolas qui va nous parler un tout petit peu plus de la lecture rapide et de tout ça. Bonjour Nicolas,

Nicolas Lisiak : Bonjour Nicolas !

Nico Pène : Donc Nicolas, pour attaquer est-ce que tu pourrais justement te présenter rapidement et nous dire qui tu es, ce que tu fais, ton parcours et ton rapport avec la lecture rapide.

Nicolas Lisiak : Je m’appelle Nicolas Lisiak, je suis coach de mémoire et de lecture rapide depuis bientôt trois ans. Je donne des formations dans les entreprises, mais aussi dans des écoles. Aussi, ma passion c’est de partager par internet dans un outil très impressionnant. Je développe aussi la formation en ligne sur le site Goyourmind.com et c’est la méthode Go your mind qui a été créée par un de mes collègues Marcin Matuszewski.

Nico Pène : D’accord, donc tu as aussi d’autres activités sur internet. Tu travailles en Pologne et en France, c’est ça ?

Nicolas Lisiak : C’est ça. Je suis polonais et en fait, nous travaillons sur le marché polonais et le marché francophone. Donc on développe les formations de lecture rapide, formations de mémoire, mais aussi des formations pour apprendre la langue étrangère très rapidement. Le but, la mission de Go your mind c’est vraiment de promouvoir et de donner des outils d’un apprentissage efficace, rapide et effectif.

Nico Pène : D’accord, donc c’est normal, je commence à me rendre compte justement en pratiquant par ta formation, c’est vraiment l’état d’esprit…un peu comme dans « la semaine de quatre heures », de hacker les habitudes, hacker le cerveau et tout ce qu’il y a pour accéder à un savoir un peu plus rapidement.

Nicolas Lisiak : Exactement. Il s’agit aussi de changer ses habitudes.

Nico Pène : Là justement je me posais la question. Justement, toi ta spécialité c’est la lecture rapide. La lecture rapide, c’est quelque chose qui est très peu connue. En faisant mes recherches justement, avant d’attaquer ce défi, je me suis rendu compte qu’il n’y avait que peu de choses sur le sujet. Est-ce que tu pourrais nous dire justement comment tu es rentré, pourquoi tu es rentré, et qu’est-ce qui t’a donné envie justement de te spécialiser dans ce domaine-là ?

Nicolas Lisiak : J’étais déjà formateur dans une grande société d’assurances, je ne vais pas citer le nom. Et en fait, quand on est formateur, on est très proche du développement personnel. En tous cas, dans le domaine de l’assurance, où j’avais travaillé. Et en fait, je lisais beaucoup. Mais mon problème, c’est que je n’arrivais pas à lire beaucoup de livres parce que je lisais très lentement. Donc il fallait que je bloque beaucoup de temps pour pouvoir avancer dans un livre. Et ensuite, pendant une de nos conférences, j’ai rencontré le fondateur de Go your mind qui a parlé de sa méthode. Ensuite, je l’ai rencontré et j’ai appris à lire six fois plus vite. Et à ce moment-là je me suis dit « c’est génial ». On a commencé à parler, est-ce que ça aurait été possible de développer cette méthode en France ? Puisque je me suis marié à une française, c’est une idée qui est venue assez naturellement. Donc ensuite, on a regardé ensemble, on a vu que qu’on s’aime bien et puis qu’on avait le même point de vue sur beaucoup de choses et c’est comme ça que je suis devenu coach de lecture rapide.

Nico Pène : Donc du coup, tu as un peu répondu à ma question suivante qui était « quelle est la vitesse de lecture que l’on peut espérer avoir ? Pour aller un petit plus loin, tu nous avais dit que tu avais réussi…que tu arrives à lire six fois plus vite qu’avant. Pour ma part, je lis à peu près 180 mots par minute. Une semaine de ta formation, j’ai augmenté de 100 mots supplémentaires. J’en suis à 280 mots, probablement plus maintenant. Est-ce que justement, tu peux nous dire à peu près quel niveau on peut avoir, jusqu’à quelle vitesse de lecture on peut arriver avec la lecture rapide ?

Nicolas Lisiak : Alors, beaucoup de choses dépendent de ton niveau actuel. Si c’est par exemple un ouvrier qui ne travaille pas beaucoup avec son cerveau, ça va être différent avec quelqu’un qui lit beaucoup, qui travaille plus avec son cerveau. Ça, c’est d’une part. Ensuite, une fois que tu commences à travailler la lecture rapide, à faire les exercices, synchroniser les hémisphères du cerveau et puis faire les exercices comme c’est prévu dans la formation. En un mois, tu vas tripler facilement ta vitesse.

Nicolas Lisiak : Donc, je peux dire qu’il y a des personnes qui le font beaucoup plus vite, et il y a des personnes qui ont parfois besoin d’un petit peu plus de temps.

Nico Pène : D’accord, ça c’est mon défi je te dirai justement si j’ai réussi à atteindre la vitesse trois fois supérieure. En tous cas, c’est vraiment intéressant. Et pour continuer sur cette fameuse vitesse de lecture, pourquoi ne lit-on pas plus vite par défaut ? Est-ce que tu peux nous expliquer quelques raisons qui bloquent cette vitesse et qui nous empêchent. Par exemple, je prends mon cas, en commençant ce défi j’avais juste essayé de lire et m’exercer à lire un petit peu plus vite un bouquin. Je sais pertinemment que j’aurais mis énormément de temps à avancer et je n’aurais pas eu des résultats assez concrets. Est-ce que tu peux nous expliquer justement quels sont ces blocages-là ?

Nicolas Lisiak : Ce sont nos habitudes qui nous bloquent. On a tous un parcours classique de l’école primaire et ainsi de suite. Et à l’école on apprend à lire, on fait des syllabes, on apprend à lire à voix haute et comme ça, ça fait qu’on a une habitude de prononcer tout ce qu’on lit, donc subvocalisé. Dans nos têtes, notre voix interne elle nous prononce ce que nous disons, ce que nous lisons excuse-moi. On ne peut pas aller plus vite, si à chaque fois, on est en train de prononcer ce que nous lisons. Donc, ça c’est une habitude. Ensuite, on a une habitude qui fait que nous lisons sans vraiment avoir de guides visuels. Nos yeux, ce n’est pas l’outil parfait, ils ont besoin parfois de se faire aider surtout pour la lecture, et à l’école c’est interdit de souligner ce que je lis, alors que dans la méthode, on enseigne ça. Il y a  plein de choses qui vont à l’encontre, et voilà ce sont nos habitudes. Pour la formation, on change ces habitudes de lecture.

Nico Pène : Donc, tu casses ces habitudes pour avoir de nouvelles façons de lire. Et pour aller justement vers cette question-là, d’ailleurs c’est une question que j’ai eu en commentaire de personnes qui me disaient, voilà, moi j’aime prendre mon temps pour lire. C’est vrai que c’est une question que je me suis posée aussi, j’aime prendre le temps de lire, j’aime lire lentement, j’aime m’imprégner des choses et justement ne pas me stresser, pas toujours sur ce stress-là. Est-ce que c’est paradoxal, est-ce que c’est contradictoire avec le fait de lire plus vite ou d’apprendre à lire plus vite ?

Nicolas Lisiak : Oui alors, il y a beaucoup de personnes qui pensent que lire plus vite c’est stressant, ou que c’est peut-être quelque chose qui va nous enlever le plaisir. Alors, c’est n’importe quoi. D’un autre côté, c’est très personnel, moi aussi parfois j’aime bien lire doucement, je suis dans le lit et je ne lis pas vite. Mais parfois, quand je lis par exemple un roman ou un livre de développement personnel qui me passionne, je me mets à la lecture rapide parce que j’ai envie de connaitre au plus vite, de connaitre l’histoire, d’avancer tout le temps. Et ce n’est pas du tout quelque chose qui n’est pas confortable. Cette question est très importante. Il faut vraiment prendre la lecture rapide comme quelque chose de plaisant.

Nico Pène : Donc en fait, tu adaptes ta vitesse de lecture en fonction du contexte. C’est ce que tu fais toi personnellement ?

Nicolas Lisiak : Une fois que tu sais lire vite, tu as le choix entre la lecture rapide et la lecture lente. C’est comme si tu avais une grosse voiture qui va très vite, mais tu peux aussi rouler en deuxième et regarder le paysage. Personne ne t’empêche de le faire.

Nico Pène : Et ce travail, est-ce qu’il se fait inconsciemment ou est-ce que c’est toi qui décide d’appliquer une méthode ? Est-ce que c’est conscient, est-ce que ça se fait naturellement ?

Nicolas Lisiak : C’est plus conscient. C’est toi qui décides de ta vitesse.

Nicolas Lisiak : Après bien-sûr il y a les habitudes, de toute façon tu vas lire trois fois plus vite et ça sera confortable pour toi. Si tu vas descendre de vitesse, ça va être moins confortable à ce moment-là. Ça se fait comme ça.

Nico Pène : Alors, après-ça c’est plus une remarque qu’une question. Justement, en apprenant la lecture rapide, on se dit voilà, je vais y arriver, je vais commencer à lire avec cette méthode-là et je ne vais rien comprendre de ce que je lis. Donc, moi je l’ai expérimenté, c’est carrément…c’est vrai. Pendant les premiers temps, même là à l’heure actuelle, j’ai du mal à comprendre ce que je lis quand j’essaie d’appliquer justement la lecture rapide. Est-ce que tu peux justement nous expliquer ce processus-là, nous dire ce qu’il en est et aller au-delà de ce blocage-là ?

Nicolas Lisiak : Ce qui est très important, c’est que pendant la formation on essaie toujours de monter la vitesse, mais la compréhension ne va pas avec tout de suite. C’est un grand problème parce qu’il y a beaucoup de personnes qui augmentent la vitesse, mais la compréhension elle descend au départ et cette partie n’est pas du tout confortable. La formation de lecture rapide, ce changement d’habitudes n’est pas confortable jusqu’à ce que la compréhension arrive au niveau de la vitesse de lecture. Mais ça peut durer entre deux à trois semaines. Donc c’est ça le problème, il faut toujours avoir confiance qu’un jour, il y aura un déclic et ça reviendra. Mais en même temps, il y a des personnes qui s’arrêtent là et qui disent voilà, j’ai augmenté ma vitesse et je ne comprenais rien donc ça ne marche pas. Et là, ils ont raison parce qu’ils ne comprennent pas. L’enjeu c’est de suivre du début à la fin et c’est à la dernière leçon que je vais voir est-ce que je comprends, je ne comprends rien du tout. C’est là qu’on peut avoir un avis, pas au milieu.

Nico Pène : Du coup, c’est le grand classique de sortir de sa zone de confort. Forcément quand on sort de sa zone de confort, c’est inconfortable, et il faut persévérer pour arriver jusqu’au bout et atteindre ce niveau de lecture. Mais en tous cas, c’est super intéressant. Moi le besoin que j’ai de lire plus vite, j’ai à peu près la même problématique que toi, c’est-à-dire que je suis un lecteur lent donc du coup, j’ai envie de lire énormément de livres, j’ai une to-read list qui est monstrueuse, et donc c’est ça qui est difficile. À l’heure actuelle aujourd’hui, tu lis à peu près combien de livres par mois. Est-ce que tu as une idée ?

Nicolas Lisiak : J’essaie de lire quatre livres par mois

Nico Pène : Quatre livres par mois donc un livre par semaine…

Nicolas Lisiak : Il faut comprendre deux choses. Une chose, c’est lire vite et l’autre chose c’est de bloquer du temps pour la lecture. Il y a une astuce qui s’appelle « une heure en or », moi j’essaie d’appliquer ça, j’essaie de lire une demi-heure dans la matinée, et peut-être une demi-heure dans la soirée ou dans l’après-midi, ou même essayer de lire trois fois vingt minutes par jour, ou même une demi-heure en début de journée c’est déjà bien.

Nico Pène : Donc tu t’es créé des habitudes pour « t’obliger »…

Nicolas Lisiak : Pour moi, c’est une source d’inspiration. Lire c’est un plaisir et puis c’est une source de… Pour se mettre un peu au-dessus et d’avoir une perspective un peu plus large par rapport à notre vie, par rapport à ce qu’on fait et j’aime beaucoup ça, j’en ai besoin.

Ca dépend. Parfois je ne prends pas de notes, mais quand il y a un livre sur lequel je voudrais revenir, je prends des notes en forme de « mind map » (cartes mentales), donc je prends vraiment l’essentiel et j’essaie de mettre toutes les idées principales sur une seule feuille en forme de carte mentale à ce moment-là. Après je reviens seulement à la carte mentale pour voir ce qu’il y avait dans ce livre, et les idées reviennent.

Nico Pène : Tu fais ça juste après avoir lu, ou pendant que tu lis tu t’arrêtes et tu écris. Comment ça se…

Nicolas Lisiak : Parfois, pendant la lecture je marque les passages les plus importants  et je relis encore une fois après.

Nico Pène : Pour finir, là je pense qu’on a vu à peu près pas mal de choses intéressantes sur la lecture rapide. Est-ce que tu pourrais nous donner un dernier conseil à nos auditeurs pour qu’ils puissent déjà commencer à mettre en pratique quelques habitudes qui peuvent les aider à lire plus vite. Est-ce que tu as quelque chose pour nous, un petit…

Nicolas Lisiak : Oui, donc je te donne tout de suite un petit conseil c’est d’utiliser un guide visuel. J’ai un livre là, et puis au lieu de lire comme ça normal, j’utilise… ça peut être un stylo, ça peut être mon doigt et je balaye le texte ligne par ligne et mes yeux vont suivre, et c’est vraiment une aide parce que parfois on commence à penser à autre chose pendant la lecture et puis ça permet de mieux nous repérer dans le texte.

Nico Pène : Donc depuis que tu as appris la lecture rapide, tu ne lis qu’avec un guide visuel, tu lis tout le temps avec un guide visuel, c’est ça ?

Nicolas Lisiak : Oui, je préfère. Moi personnellement, le guide visuel oui j’aime ça. Après, parfois je suis dans le lit je lis comme ça, on peut lire aussi comme ça et puis c’est vrai que ça m’arrive. Mais si on veut vraiment augmenter notre vitesse, le guide visuel c’est quelque chose de basique. Après s’il y a d’autres personnes qui veulent aller plus loin, j’ai aussi une newsletter où j’explique comme lire plus vite… en fait il y a plusieurs éléments sur ce sujet, on peut gratuitement accéder à ça aussi.

Nico Pène : Tout à fait, oui. Justement, je l’avais lu avant d’attaque le défi. Moi qui suis débutant je peux dire l’utilisation du guide visuel, donc j’ai attaqué en attaquant le défi la lecture avec le guide visuel, c’est clair que ça permet d’aller plus vite clairement parce que ça focalise sur chaque ligne. Et ce que j’ai trouvé de bien aussi, ce que tu m’avais dit également c’est que  ça crée un rythme, là ça impose le fait de balayer les lignes les unes après les autres, on « s’impose » son rythme c’est ça ?

Nicolas Lisiak : Oui, regarde pendant la course c’est bien de courir avec un rythme une fois le cœur, le corps il est habitué à ça et à ce moment-là tu peux avancer vraiment durablement.

Nico Pène : Complètement. Oui, c’est un très bon exemple, tout à fait. En tous cas je te remercie pou tous ces conseils et pour avoir partagé avec nous ton expérience tu es vraiment super

Nicolas Lisiak : Merci aussi.

Nico Pène : Ecoutez à tous, si vous êtes intéressés par la lecture rapide je vous invite à faire un tour sur le site de Nicolas « Go your mind ». Donc je vous mettrai le lien juste en dessous de cette vidéo vous aurez toutes les informations. Nicolas, je te dis à bientôt dans la formation

Nicolas Lisiak : A bientôt !

Nico Pène : Quant à vous tous, je vous souhaite une excellente journée et je vous dis à très bientôt sur les colonnes du blog ou ailleurs. Bonne journée à tous !

Pour découvrir et suivre avec moi la formation de lecture rapide Go Your Mind, c’est ici :

Je veux lire plus vite

...et pour aller encore plus loin : => cliquez vite ici ! (une surprise de taille vous attend, vous allez aimer !)

Enfin, pour vous remercier : Téléchargez VITE cette formation offerte (d'une valeur de 197 €) :

Je télécharge vite cette formation >>

  1. Cyril du blog apprendre-vite-et-bien.com

    Bonjour Nicolas.

    Merci pour cette interview.

    Nicolas a bien résumé les techniques de base la lecture rapide (guide visuel, élimination de la subvocalisation, etc…). j’utilise aussi la technique des blocs de mots et la mise en place du regard périphérique.
    Je peux aussi confirmer d’après ma propre expérience… ça marche vraiment 😉 .
    En tout cas, je te souhaite bonne chance pour ton défi. J’espère que tu feras des émules.
    Les techniques de lecture rapide méritent vraiment d’être mieux connues.

    À bientôt.

    Cyril