Leader ou mouton ?

10 preuves que vous êtes un mouton (et comment faire pour que ça change)

Aujourd’hui j’ai le grand plaisir de recevoir mon ami et talentueux blogueur/auteur Mohamed Mouras dans le cadre de cet article invité. Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, sachez que Mohamed est l’auteur de deux blogs Seme Un Acte et iShift ainsi que d’une belle série de livres numériques dont le tout dernier en date « Du Développement Personnel au Leadership Personnel » vient tout juste de sortir sur le Kindle d’Amazon. Un livre que je vous recommande chaudement !

Passons maintenant à l’article « 10 preuves que vous êtes un mouton (et comment faire pour que ça change) ». Mohamed, je te laisse ma plume numérique :

Comment fait-on pour développer son Leadership ? Est-ce vraiment si mal d’être un mouton ? Qu’est-ce qui sépare vraiment les Leaders des moutons ? Y a-t-il une différence entre un follower et un mouton ? Et enfin est-ce qu’un Leader doit forcément être un lion ?

Un petit tour de la question en 10 points afin de savoir où vous en êtes et quoi faire pour que les choses changent.

Leader ou mouton ?

1. Vous avez le Leadership d’un mouton, mais vous vous prenez pour un lion

En clair, vous êtes un parachuté. Tout le monde le sait, tout le monde sait que vous savez, et vous savez que tout le monde le sait. Mais vous faites semblant de l’ignorer. Vous donnez des ordres et les gens s’exécutent et vous prenez cela pour votre aura naturelle. Parfois on vous invite à déjeuner, mais vous comprenez bien vite que la personne préférerait être à bord d’une voiture crash test plutôt que d’être en votre compagnie. Elle a fait ça parce qu’elle s’est sentie obligée.

Comme je le décris dans mon dernier livre sur le Leadership Personnel, personne ne nait avec les qualités d’un Leader. Certes, certains seront toujours plus doués que les autres, mais même ces personnes doivent travailler en permanence leurs qualités de meneur, au risque d’être un mouton qui s’ignore.

2. Vous avez le charisme d’un beignet

Typiquement vous trouvez que François Bayrou ou François Hollande ont beaucoup de charisme. Vous êtes des gens du milieu, vous n’aimez pas vous mouiller et vous préférez arrondir les angles autant que faire ce peu. Vous êtes gris et vous pensez que ce sont ces gens là qui font leur trou dans la vie. Même si c’est vrai, cela n’empêche que vous n’en êtes pas moins un mouton. Personne ne remarque les gens gris !

Un seul moyen pour changer cela, affirmez-vous ! Dites ce que vous pensez quand vous le pensez. Sans être agressif, ni devenir hautain, vous pouvez vous montrer sous le jour de quelqu’un de vraiment charismatique. N’oubliez pas que les Leaders vont rarement dans le sens de la masse. Aucune volonté de se différencier, ils ne le font que quand ils estiment que la masse se comporte comme un mouton.

3. Vous jouez de votre autorité lorsque vous ne devriez pas

Il y a une grande inconnue lorsqu’on joue trop de son autorité, c’est le moment où :

  • quelqu’un va passer outre et nous en mettre une bien méritée
  • quelqu’un de plus haut au niveau hiérarchique va nous rabaisser

Ces inconnues ne font que jouer de leur autorité à tort et à travers est un jeu dangereux.

Jouer de son autorité est une preuve qu’on n’a pas grand-chose d’autre pour se faire entendre. Le contraire de l’autorité, ce n’est pas le chaos, c’est laisser faire des erreurs et corriger au fur et à mesure qu’on apprend de ces mêmes erreurs.

4. Vous êtes égoïste alors que vous devriez être égocentrique

Je suis quelqu’un qui fait une grande différence entre l’égoïsme et l’égocentrisme. Dans les deux cas, cela revient à vous prendre pour le centre du monde, mais tout de même avec une variante fondamentale :

  • l’égoïste se pense le nombril de monde, rien ne pourrait tourner sans lui
  • L’égocentrique se pense le centre du monde, tout tourne autour de lui

Il est prouvé scientifiquement que personne ne vit dans le monde. Nous vivons tous dans NOTRE monde. Ce n’est ni bien, ni mal, c’est un fait.

Si vous êtes un égoïste, sachez que rien n’est perdu. Vous êtes très proche de l’égocentrisme. Il vous faut simplement arrêter de penser que sans vous le monde s’écroulerait.

5. Vous croyez que le respect vous est dû

Le respect est une composante fondamentale de la vision du Leadership Personnel que je défends dans mon livre. Le respect peut être donné aux Leaders comme aux moutons, mais avec cette différence fondamentale qu’on pourrait appeler le respect admiratif.

On respecte la majorité des moutons non pas parce qu’on les admire ou plus simplement qu’on leur trouve des qualités particulières. On les respecte parce qu’il nous indiffère. On les respecte comme on respecte les poteaux électriques qui sont la propriété de l’État. Ils nous sont indifférents.

Etre respecté ne va pas forcément de pair avec le fait d’être admiré, mais une chose est sûre, pour être sincèrement admiré, il ne faut pas imposer un quelconque respect de la part d’autrui.

6. Vous parlez beaucoup (trop), vous ne faites rien

Sur votre lieu de travail, on vous surnomme « yaka » mais vous n’en savez rien, car pour une raison ou pour une autre, personne n’osera vous contredire. « Yaka faire ceci, yaka faire cela », bref vous avez des dizaines, peut-être des centaines de solutions par jour à proposer mais ne mettez rien en place vous-même. En clair, vous parlez, mais n’agissez quasiment jamais.

J’ai personnellement mis au point une méthode que j’appelle « Agir en 2012 ». En fait, il s’agit tout simplement de mettre en place la planification et la motivation pour arrêter d’en parler et commencer à vraiment travailler. Elle est aussi bien applicable à sa vie personnelle que sa vie professionnelle. Vous n’avez plus d’excuses !

7. Vous croyez que les gens vous écoutent

Ce point-ci va directement avec le point du dessus. Lorsqu’on vous catégorise comme un Yaka, plus personne ne vous écoute, et c’est normal. Les gens respectent celles et ceux qui produisent des résultats, pas du blabla, juste du quantifiable et du mesurable. Rien de plus et surtout rien de moins.Ne me regardez pas avec ces yeux, j’ai déjà proposé de vous aider : « agir en 2012 », point numéro 6, ça vous dit quelque chose ?

8. Vous êtes dépendant des gens qui vous entourent, et vous ne le savez pas

Il n’y a pas pire mouton que celui qui s’ignore et qui se prend pour un lion. Dans notre société d’aujourd’hui, nous sommes tous dépendants les uns des autres. Votre café du matin à été cueilli par un Sud-Américain, votre lait est le produit de la vache d’un agriculteur, vos rendez-vous sont parfaitement calibrés grâce à votre secrétaire, votre bureau est propre grâce à votre femme de ménage… bref, je m’arrêterais là, vous avez compris l’idée générale.

Mon but est de vous faire réaliser qu’un seul mot peut annihiler ce point numéro huit : « gratitude ». C’est un petit mot, mais il veut dire beaucoup. Dire « Merci » même pour des choses insignifiantes, en regardant dans les yeux, peut changer le cours de la journée d’une personne. Vous n’y gagnerez probablement rien sur le moment (ou peut-être que si après tout) mais faites-le tous les jours et sentez le changement en vous se refléter dans le regard de celles et ceux qui vous entourent.

9. Vous êtes parfait, vous ne faites jamais d’erreurs

La perfection n’est pas de ce monde, vous le savez ! Et pourtant, vous agissez comme si vous faisiez mentir le proverbe. Tout le monde fait des erreurs, en particulier les gens qui croient ne jamais en faire. Faites-vous à cette idée et commencez à appliquer une règle simple et systématique :

Pour chaque erreur, faute que vous mettez en avant, forcez-vous à trouver quatre succès à mettre en avant. Si vous ne pouvez pas appliquer cette règle, alors il vaut mieux laisser tomber et ne pas relever l’erreur.

10. Vous êtes tout le temps « busy », à quoi ? DIEU seul le sait !

Être occupé et travailler ne sont pas forcément synonymes. Si vous êtes du style à faire semblant d’être en permanence over-busy, alors vous êtes aussi le genre de personnes à qui personne ne veut avoir à faire. Vous avez toujours l’ai tendu et préoccupé, mais tout le monde sait qu’il vaut mieux ne rien vous confier comme tâche au risque de voir tout un projet délayé de plusieurs semaines.

Soyez honnête avec vous-même et avec les gens qui vous entourent. Si vous n’êtes pas occupés, laissez la porte de votre bureau ouverte. Ne tombez pas dans les travers de la machine à café. Si c’est pour critiquer il vaut mieux rester dans votre bureau cloitré. En revanche si vous avez l’intention de changer, ne plus être un faux leader et montrer l’exemple, alors aucun problème, agissez dès aujourd’hui !

En conclusion, le changement est à votre portée. Que vous vous soyez reconnu ou non dans ces portraits importe peu. L’important, c’est que vous pouvez être votre propre Leader. Vous pouvez faire preuve de Leadership dans les aspects personnels et professionnels de votre vie.

À propos de l’auteur

Mohamed MOURAS est auteur de 3 livres numériques disponible sur Amazon.fr

C’est un cultivateur positif de Leaders remarquables et indispensables. Vous pouvez suivre son Twitter (@semeunacte) et aller visiter son blog SemeUnActe.com où il offre en accès libre 250+ articles pour vous aider à miser sur le Leader en vous-même et apprendre à gérer vos projets.

Cadeau : Pour tout achat de son dernier livre numérique « Du Développement Personnel au Leadership Personnel » recevez gratuitement Agir en 2012, pour cela, il vous suffira d’envoyer à Mohamed l’email d’Amazon confirmant votre achat à l’adresse mohamed[at]semeunacte.com

Crédit photo : h.koppdelaney – Flickr

...et pour finir, 3 liens fondamentaux à VITE regarder : En vous souhaitant une belle découverte 😉



 

8 comments

  1. C’est un bon article, mais tu fais parfois des confusions et des erreurs dangereuses (à mon avis).

    Un leader est un leader parce qu’il ne cherche pas à se valider chez les autres. La définition d’un leader, c’est qu’il mène, alors si un leader cherche à avoir l’air d’un leader (avoir du charisme, etc.) il se définit PAR RAPPORT aux autres donc c’est un mouton.

    Pour être un leader, il faut avant tout ne pas chercher à être un leader. Il faut juste apprendre à être indépendant et à ne jamais, jamais suivre les autres en reniant sa propre nature. Quelqu’un qui trace sa propre voie dans la vie, et fait ses propres choix en étant indifférent aux choix faits par les autres, se retrouve au bout d’un moment suivi par un troupeau de moutons.

    Mais ce n’est absolument pas ce qu’il cherche dans un premier temps. S’il cherche à être un leader alors c’est un mouton. Tu me suis ? 😉

  2. un leader doit savoir être dur quant il faut réprimander et aussi souple quant il s’agit de pardonner.

    En fait l’on doit juste éviter comme tu le dis d’éviter d’être un soit égocentrique, égoïste ou perfectionniste.

    Et savoir être humble; car on apprend toujours d’une situation: que ce soit un échec ou une réussite

  3. Pas du tout d’accord sur certains points. Il ne faut pas confondre un leader et une personne qui a du leadership !! D’ailleurs dans la société trois catégories d’Hommes sont définies et le lion n’existe pas !! Il y a les moutons, les loups et les sangliers. Perso je ne suis pas un loup car ça ne m’intéresse pas de bouffer les moutons ou les attaquer et je ne suis pas un mouton car je n’aime pas être comme tout le monde.. Je suis un sanglier mais je n’ai pas la mentalité de leader, aucun intérêt !! Je suis un peu déçue de cet article qui donne des affirmations trop d’affirmations (à mon goût).

  4. Merci pour tous ces commentaires 🙂

    @Nico : Merci pour ton invitation et surtout pour le courage d’avoir fait paraitre un article que tu savais un tantinet polémique.

    @Guillaume : tout à fait d’accord avec toi. Etre un Leader, c’est d’abord montrer l’exemple. Le reste découle de cette simple vérité.

    @Samuel : Etre dur, souple, humble sont toutes des qualités qu’un Leader doit avoir. C’est Tony Blair qui à dit : « dire oui, c’est très facile, c’est dire non qui est un vrai problème ».

    @Julien. On Pourrait discuter longtemps de « est-ce bien ou mal de se définir par rapport aux autres ? ». On pourrait aussi aller à l’essentiel et s’avouer la vérité telle qu’elle est : nous le faisons tous, tous les jours… même (et surtout) quand on se prend pour un île déserte.

    Ce que tu décris est très vrai mais c’est une conséquence de ce que je décris dans la première partie de cette réponse. Nous commençons tous par nous définir par rapport aux autres. Le travail sur soi fait qu’un jour, on peut espérer s’arrêter de le faire.

    @Fofinette. Qui a dit qu’il n’existe que trois catégories d’hommes ? Imagine cette personne et imagine le jour où elle a dit : « il n’existe que 3 catégories d’hommes ». Maintenant imagine que quelqu’un lui ai répondu : « Pas du tout d’accord sur certains points. D’ailleurs dans la société trois catégories d’Hommes sont définies » et les animaux dont vous parlez ne sont pas des hommes.

    Vois-tu où je veux en venir ? Sois tu lead, sois tu suis. (Humblement) Je lead et cet article n’est que le reflet de ce que je suis. Si j’ai envie de créer un Lion dans mon article, je peux le faire, voilà tout.

    Maintenant sur le fond de ton commentaire, je ne peux pas me prononcer car tu n’as dit ce qui te décevait, tu as juste souligner l’histoire du lion.

    Je serai ravi de répondre, si tu me dis ce qui te dérange vraiment.

    Bref encore une fois merci à toutes et à tous pour vos com 🙂

  5. @ fofinette : Un regard rapide sur notre monde moderne pourrait laisser penser que tu as raison, mais je pense qu’il existe quelques lions bien trop minoritaires et qui ne demandent qu’à prendre la place de tes fameux « loups ». 2 problèmes : 3 lions qui s’affirment réelement face à un millier de loups (surtout quand ces loups contrôlent une grande partie du pouvoir) ont peu de chance de succès d’une part, 3 lions entourés de moutons qui leur répetent qu’ils n’existent pas ont peut de chance de devenir 5 6 ou 7 lions.
    By the way, jai bien saisi l’image du « loup », mais techniquement, le roi des animaux boufferait aussi un mouton s’il on lui en filait un. 😉

Comments are closed.