menu
 Nicolas Pène - Stratège en Influence et Persuasion
Le danger des projections mentales
IMPORTANT :

Commencez ICI !

Le danger des projections mentales

Réalite Virtuelle

Aujourd’hui, j’ai le grand plaisir de recevoir Axel, un des auteurs du jeune, mais néanmoins très prometteur blog « Les Ressources du changement » pour cet article invité traitant de l’intéressant sujet des projections mentales.

Sans plus tarder, je laisse donc ma plume à Axel afin qu’ils nous éclaire plus sur le sujet :

Nous avons tous à un moment ou à un autre envie de prendre du temps pour nous. Se trouver un petit moment pour nous échapper au loin, seuls ou presque dans un petit microcosme où nous nous sentons en sécurité et où nous avons le sentiment de nous accomplir et de nous sentir les rois du monde.
Seulement voilà, il arrive que ces moments où l’on se projette dans notre monde se révèlent être un moyen de s’échapper totalement du monde réel en échappant à nos responsabilités.

Schématiquement c’est un peu comme si on prenait des vacances en laissant toutes nos tâches urgentes inachevées.
Certaines choses nous effraient ou certains de nos besoins comme celui de s’accomplir ou d’être reconnus ne semblent pas être assouvis. Du coup nous cherchons absolument à nous projeter dans un monde où tout va pour le mieux.

Les projections mentales dans un monde de passivité

Ce type de projection est typiquement le moyen de s’extraire de la réalité en laissant les émotions jaillir d’elles-même sans aucun effort de notre part. Je pense particulièrement à :

  • La télévision
  • La drogue
  • Dormir trop longtemps
  • Ecouter de la musique

Comme vous vous en doutez il faut être prudent avec ce type de « projections » car elles ont tendances à nous faire oublier notre personnalité puisque nous n’agissons pas.

La télévision peut être un outil intéressant comme tout outil s’il est utilisé correctement. Malheureusement, beaucoup de gens la regardent sans fournir la moindre réflexion ne serait-ce que pour le choix de la chaîne. Il la regarde simplement pour se détendre après une dure journée de travail.

La drogue est quant à elle le moyen directe de fuir la réalité. Ce n’est pas pour rien que l’on entend souvent dire « Je bois pour me désinhiber ». Et je passe les catégories « moins light » qui vous font plus que planer.

Le fait de dormir trop longtemps est aussi un moyen d’éviter la journée qui arrive car nous trouvons que notre rêve est bien plus beau que la dure journée qui s’annonce.

Ecouter de la musique normalement n’entrave pas notre rapport à la réalité mais peut tout de même pousser à un certain niveau de repli social selon la façon dont vous vous investissez dedans. On voit souvent les gens avec de la musique dans les transports en commun (je suis le premier à le faire!) qui cherche à se projeter dans leur petit monde.

Vous l’avez compris, tout le monde à conscience de l’emprise néfaste qu’ont ce type de projections sur nous lorsque nous en abusons.
Il existe cependant une autre catégorie de projections plus vicieuses à savoir :

Les projections mentales dans un monde d’action

Il s’agit de tous les moyens que vous mettez en place pour vous faire croire que vous agissez. Dans ce monde, vous agissez en effet mais vous le faites à défaut des choses que vous voulez réellement faire. Le problème, c’est qu’il est plus facile d’agir dans notre bulle de confort que de se confronter à la dure réalité. Voici quelques exemples de projections mentales prônant l' »action » :

  • Les jeux-vidéos
  • Surfer sur le net
  • Vouloir faire dans la perfection

En effet, le cas le plus classique est celui des jeux vidéo (voir les divertissements en général). Vous avez le sentiment que vous construisez quelque chose et que ce que vous faites est bien. Vous avez donc sur le coup des émotions positives qui se dégagent en vous. Le problème c’est qu’une fois votre jeu quitté, la réalité, elle, ne s’est pas améliorée. Pire celle-ci a même pu empirer. De plus, vous n’en profitez pas au maximum car vous n’utilisez qu’un nombre limité de sens (pour les jeux vidéo vous avez la vue et l’ouïe).

Surfer sur le net est un bon moyen d’oublier le monde dans lequel nous vivons car nous avons le sentiment d’être connecté aux autres et de pouvoir communiquer avec n’importe qui sans pression sociale. Le problème c’est qu’internet est en effet un véritable outil de communication mais il ne remplacera jamais le contact qui se fait par des rencontres physiques et ce pour de multiples raisons :

  • La perception de la véritable personnalité
  • Les échanges d’un véritable contact
  • Les émotions liées à la présence
  • Le langage du corps…

Bref, tant de choses qui sont absentes sur le net. Donc surfer sur internet…, oui, mais surfer pour se rassurer et se rattacher à une fausse réalité est un piège dangereux (je tombe encore parfois dans la procrastination du web!).

Tiens d’ailleurs en parlant de procrastination parlons de la perfection. On désire toujours faire mieux sans jamais s’arrêter car on a peur que cela ne soit pas parfait. Du coup on a le sentiment de construire quelque chose de grand alors qu’en fait on repousse sans arrêt de peur d’avoir fait une erreur.

La question que vous devez vous poser

En conclusion, il est évident que nous sommes tous tentés par le fait de nous échapper dans notre petit monde et ce de façon relativement fréquente. La vraie question à se poser est la suivante :

En m’échappant de ce monde de la sorte, que cela entraînera-t-il dans le monde réel. Est-ce que je veux vivre ma vie dans le monde réel et profiter au maximum de ce que la vie a à m’offrir ou veux-je plutôt à m’évader dans un autre monde dans lequel je me sens en sécurité et où tout va bien mais me procurant certainement des sensations limitées ?

Vous aurez rapidement compris que la projection mentale de façon passive est donc à consommer avec « modération » comme le disent certaines publicités liées à l’alcool. En revanche, vous devez plus rester vigilants à celles qui vous font croire que vous agissez dans votre vie alors que vous agissez en parallèle de celle-ci. Vous la laissez du coup filer et se vivre sans vous.

Tant que vous avez conscience de ce que vous faites, vous serez toujours apte à vous en sortir, vous reconnaîtrez que vous vous échappez et vous aurez donc un levier pour revenir à la réalité, aussi dur soi-t-il à actionner.

A propos de l’auteur : Passionné par les sciences humaines, Axel a toujours eu été désireux d’unifier l’information, de la synthétiser et d’expliquer avec le maximum de concision et ce en l’appliquant au domaine de nos relations avec les autres ainsi qu’avec nous même. Il a donc avec son ami Romain décidé de réaliser un blog sur le développement personnel et la séduction qui a pour vocation de réunir l’information qu’ils trouvent un peu partout sur le web, dans les livres, dans les retours de coaching…. L’idée étant vraiment d’approfondir et de défaire au maximum les blocages que rencontrent certaines personnes dans leurs vies.

Crédit photo : Gabrielle Sinatra

Vous appréciez les conseils prodigués dans cet article ?

CLIQUEZ vite sur sa tête pour en savoir plus GRATUITEMENT :

  1. Laura

    Je ne vois pas trop en quoi se projeter dans un idéal de vie nous couperait réellement de nos responsabilités. Si nous n’accordons pas un peu de rêve et de répit à notre matière cérébrale en nous échappons un peu de notre quotidien alors… la vie serait bien morose ! Parfois la rêverie est bien plus productive que l’action. Et le projections mentales ne sont, à mon sens, en aucun cas de la passivité. Ça peut être une façon alternative d’exprimer notre personnalité justement, d’assumer nos émotions, puisque nous nous les représentons, et surtout : c’est du lâcher prise, et c’est indispensable pour être pleinement épanoui… Après je suis d’accord avec le fait que la télévision nous abrutit totalement.

  2. Axel

    Merci Laura pour ton commentaire :).

    Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait que nous avons besoin de nous échapper pour pouvoir vivre certaines émotions. Lire, écouter de la musique, rêver… autant de choses qui rendent notre vie intéressantes et sans lesquels notre vie serait assez peu dynamique.

    Cependant ce que je tenais à dire dans mon article, c’est que si on s’y enferme, on risque de ne plus oser retourner à la réalité car celle-ci nous semblerait insupportable en comparaison. A force de ne plus sortir de son rêve on se lève hyper tard, à force d’écouter de la musique toute la journée on finit par ne plus prendre le temps de parler avec certaines personnes, à force de jouer aux jeux vidéos on réduit l’expression de nos émotions avec les autres…

    J’espère que j’ai réussis à te faire comprendre un peu mieux dans quel sens je parlais des danger des projections. Non comme quelque chose de mal mais quelque chose dont il est facile de tomber dans l’excès ainsi que de s’enfermer.

  3. Miaou -Isabelle

    Ton article est cohérent pour ma lecture personnelle si on enleve le terme « projections mentales »
    Un projection mentale pour ce que j’en ai appris en psycho (mais c’était la fin des années 70 et les concepts evolues ) ce que j’en ai appris en sophrologie est une image que tu conçois mentalement d’un desir ou d’un etat
    En sophro par exemple tu utilises cette faculté pour arriver à réussir un examen en concevant le scenario du déroulement de ton examen et de ta reussite.
    Meme mécanisme rentre dans la mise en place d’un ancrage …

    Ici ton sujet c’est en fait ARGANCEL les avaient appeler les « illusions de l’action  » (http://ceclair.fr/les-illusions-de-l-action)

    Je ne suis pas qualifiée en la matiere plus que cela (les definitions de mots en DP) mais c’est ma lecture et je t’en fais part.

    Bonne journée

    Isa Miaou

  4. Axel

    Je te remercie Isabelle pour cette remarque tout à fait pertinente ;).

    Je ne savais pas que l’expression « projections mentales »
    était déjà utilisée dans le monde de la sophrologie.

    J’avais déjà entendu parler de ce concept qui consiste à
    se visualiser réussir une action. Je trouve qu’il est très intéressant et en plus très puissant. C’est un outil qui à
    mon gout complète d’ailleurs très bien le principe d’autosuggestion.

  5. Laura

    Merci également pour ta réponse et oui je vois très bien où tu veux en venir…

    En fait je pense surtout qu’il ne faut pas faire l’amalgame entre divagation et isolement, qui sont deux choses bien différentes, et par conséquent aux répercussions bien différentes également, puisque l’une est plutôt positive et l’autre au contraire, néfaste. :)

  6. N.

    Un grand merci à Axel pour ton article ainsi qu’à vous tous pour vos commentaires.

    Je ne connaissais pas l’autre définition des « projections mentales ». Cela dit, je trouve que ce terme, employé comme tu l’as fait Axel, est implicite et bien adapté à l’article.

  7. Lagodi VIVERONE

    Complimenti

  8. Elisandre (le Royaume Amoureux)

    Bonjour,

    Je suis moi aussi un peu surprise de l’emploi du terme « projection mentales », mais on comprend bien sûr quand même ce que l’auteur souhaite dire.

    Les projections sont effectivement ce qui est dit pour la sophrologie, et aussi un phénomène bien connu en psychologie ; nous faisons sans cesse des projections de nos idées, images mentales sur le monde et nos relations.
    Les projections sont des images que l’on jette véritablement sur les autres, pour les voir selon nos désirs et nos attentes.
    Nous regardons avec nos lunettes en quelques sortes et ces lunettes sont truquées.
    Alors que le plus merveilleux à voir est évidemment la vérité…mais cela est une autre histoire…

    Là il est plus question de détente, de rêverie, de perte de temps peut être.
    Merci en tous cas pour cet article

    Elisabeth Andrey alais Elisandre

    Elisandre