Réussite : le facteur clef pour passer à la vitesse supérieure

Lorsque nous souhaitons ardemment réussir dans une discipline qui nous passionne, nous mettons toute notre énergie en action afin d’y arriver. C’est ainsi que notre enthousiasme et notre volonté nous guident vers la réalisation de notre saint Graal.

Sur notre quête, nous savons pertinemment que nous connaitrons quelques échecs mais, ce n’est pas grave, bien au contraire, ils nous permettront d’apprendre plus vite et de découvrir de nouveaux éléments.

Seulement voilà, malgré notre connaissance des différents pièges jonchant le chemin de la réussite, malgré notre volonté et notre endurance il nous manque encore quelque chose passer à la vitesse supérieure. Certes, nous avançons mais, en continuant à un tel rythme nous ne sommes pas prêts d’arriver à notre destination, d’autant que notre temps n’est pas infini.

Comment passer à la vitesse supérieure ?

La différence entre celui qui avance à 50 kilomètres heure et celui qui avance à 90 est pourtant la même : une simple limitation de vitesse.

Le parallèle peut vous sembler obscur et pourtant il est pleinement concordant avec notre problématique. La seule différence dans le cas de notre réussite, est de nous borner à d’autres limitations que celles indiquées par de simples chiffres entourés d’un cercle rouge.

Quelles sont donc ces limitations ?

On pourrait vite penser que les limitations sont fixées par des individus, par des normes ou par des contraintes matérielles nous empêchant clairement d’accéder au niveau supérieur (The Next Step, pour employer un terme qui claque plus.)

Or, contrairement aux apparences il n’en est rien ?

Non, les limites qui freinent notre course ne sont pas celles des autres mais bien les nôtres. Qui a décidé que nous devions timidement avancer à tel ou tel rythme si ce n’est nous-même ? Qui a choisi délibérément de suivre une vitesse normée, de se ranger derrière une file de voitures au lieu de prendre l’initiative d’accélérer, doubler et ensuite passer la cinquième ?

Il est normal de ne pas en prendre conscience sur le moment pourtant, les limitations auxquelles nous nous confrontons sont uniquement celles que nous nous imposons.

Très souvent, nous recherchons une norme pour nous guider tout au long de l’étape. Comme diraient les cyclistes nous restons dans le peloton. Cette démarche peut nous amener à la ligne d’arriver il est vrai mais dans combien de temps et surtout à quelle position ?

Si vous vous sentez limités sur le chemin menant à votre réussite, prenez l’initiative proactive de suivre votre propre chemin. Accélérez le pas et détachez vous du groupe. Ensuite, employez votre énergie à vous familiariser avec ce nouveau rythme, plus soutenu certes mais ne vous inquiétez pas, la difficulté n’est que passagère.

Petit à petit, vous vous habituerez à ce régime pour en faire votre nouvelle vitesse de croisière. À ce moment là, vous pourrez enfin tourner la tête et regarder derrière vous, simplement pour constater à quel point votre avance est devenue considérable.

Continuez comme ça et la ligne d’arrivée sera bientôt à votre portée…

Crédit photo : redvette

...et pour finir, 3 liens fondamentaux à VITE regarder : En vous souhaitant une belle découverte 😉



 

3 comments

  1. Cet article présente vraiment une clé qui semble toute bête mais qui pourtant révèle d’une mauvaise attitude que l’on a bien trop souvent à s’imposer des limites.

    Le fait de me rendre compte que je m’imposais mes propres limites m’a personnellement énormément servi en séduction. Depuis que je cherche à aller jusqu’au bout, je peux enfin comprendre son déroulement du début à la fin, chose que je pensais encore impossible, il y a peu de temps de cela.

    J’ai compris qu’il suffisait de se définir une façon d’agir au préalable la plus précise possible pour pouvoir ensuite n’avoir qu’à la suivre sans se limiter à chaque instant par de nombreuses hésitations.

  2. Bonjour Nicolas,

    Je trouve que la phrase clé de ton article pour passer à la vitesse supérieure c’est « …prenez l’initiative proactive de suivre votre propre chemin ».

    Il est toujours beaucoup plus gratifiant de faire les choses à sa manière.

    Ça marche aussi quand on apprend quelque chose.

    Il faut suivre ce qu’on nous dit, apprendre la méthode. Mais une fois qu’on a testé et assimilé les principes, le véritable enjeu, c’est de se les approprier, d’y mettre sa touche personnelle. C’est comme ça qu’on avance.

    Comme tu le dis, ce sont souvent les limites que nous nous imposons qui nous freinent. Qui nous poussent à ouvrir le parachute dès la sortie de l’avion alors qu’on pourrait descendre en chute libre.

    C’est comme quand on se dit : ah, il me faut au moins 3 heures pour réaliser ce truc là. Alors qu’il ne faudrait peut-être qu’1h30 pour le faire. Les limites mentales sont faites pour être dépassées 🙂

Comments are closed.