menu
 Nicolas Pène - Stratège en Influence et Persuasion
Sur le chemin, j’ai enfin appris…
IMPORTANT :

Commencez ICI !

Sur le chemin, j’ai enfin appris…

Sur le chemin

Comme vous pourrez le constater, cet article sort du cadre établi depuis bien longtemps sur ce blog. En effet, depuis quelques temps, en bon mouton noir,  je souhaitais communiquer sur le développement personnel d’une façon différente.

Il en résulte cet article. J’espère que le concept tout comme le fond vous plairont. Si tel est le cas, je renouvellerai avec grand plaisir l’exercice, sans pour autant laisser de côté la rédaction plus traditionnelle d’articles.

N’hésitez pas à me donner vos impressions en commentaire :)

Sur le chemin…


Doit-on se tourner vers soi ou vers les autres ?
Est-ce la bonne question ?

Celui qui est tourné vers les autres doit-il forcément s’oublier lui-même ?

Et qu’advient-il de celui qui répond à ses propres besoins, est-il forcément égocentrique ? Peut-on compter sur lui ? Peut-on lui faire réellement confiance ?

Sur le chemin, j’ai appris… J’ai appris des autres. J’ai appris en aidant les autres.

Mais, malheureusement, il fallut tellement de temps pour apprendre à écouter et aider cette personne, cet ami que j’oubliais bien trop souvent.

Combien de fois ai-je dédaigné écouter les besoins de ce frère, qui m’a tant aidé. Combien de fois l’ai-je délaissé pour apporter mon aide à un visage inconnu.

Pourquoi l’ai-je fait ? Probablement par besoin de reconnaissance. Après tout, ne sommes-nous pas plus enclin à rechercher l’approbation de nouvelles personnes au lieu de renforcer les liens qui nous rattachent à nos proches.

Sur le chemin, j’ai enfin appris à écouter mon plus vieil ami, j’ai enfin appris à répondre à ses requêtes.

Il était temps, j’en aurais presque perdu son amitié.

Paradoxalement, apprendre à l’écouter, l’aider à avancer, m’ouvre aujourd’hui de nouvelles perspectives. Ainsi, aider les autres sans rechercher une quelconque reconnaissance est devenu naturel.

Sur le chemin, j’ai enfin appris à m’écouter…

Crédit photo : |JL62|

Vous appréciez les conseils prodigués dans cet article ?
Cliquez vite ici pour en savoir plus GRATUITEMENT !

★ Découvrez Les Formations ★

  1. Benjamin Letz

    Eh bien ! Entre Jean-Philippe et toi, Olivier Roland qui a des ambitions d’écrivain, et Yoann Romano qui déclarait tout à l’heure chez Mohamed Semeunacte être ouvert à l’écriture de contes philosophiques…

    Les membres de la blogosphère de développement personnel boiront-ils le thé ensemble en habits verts et or dans le palais de l’Académie Française d’ici quelques décennies ? :)

    Sinon, c’est juste et joliment écrit, personnellement j’adhère ! D’ailleurs je préfère la vision « Je raconte les erreurs que j’ai faite, les questions que je me suis posées, par où j’en suis passé pour pouvoir affirmer ce que je dis » que celle du « prof qui sait et qui enseigne »…

  2. N.

    Merci beaucoup Benjamin. Je pense qu’il nous reste encore un travail énorme avant de porter des habits verts et or.
    De plus, j’ai peur que l’on s’ennuie un peu là bas. Un pub et quelques bierres serait bien plus convivial ;)

  3. Philippe

    Il n’y a qu’un mot excellent ! ça ne me concerne pas! j’ai bien compris tout ça depuis peu! maintenant et grace à toi, je peux mieux l’expliquer! ça c’est une nouvelle opportunité! merci

  4. N.

    Philippe : Merci. Je suis vraiment heureux de pouvoir apporter par des articles comme celui-ci.

    Vos retours me donnent réellement envie de prolonger ce coup d’essai :)

  5. Sophie | Esprit de Succès

    Tes questions résonnent tout à fait en moi. »Celui qui est tourné vers les autres doit-il forcément s’oublier lui-même ? », « Qu’advient-il de celui qui répond à ses propres besoins, est-il forcément égocentrique ? » Je me suis posé récemment ce genre de question dans un article sur la légende personnelle : http://www.espritdesucces.com/faut-il-tout-sacrifier-a-sa-legende-personnelle/
    En te lisant,je me rends compte qu’il y a soi, qu’il y a les autres et qu’entre les deux, il y a ceux qui nous sont proches. Ils font un peu partie de nous et un peu partie des autres et ce n’est pas toujours facile de trouver comment faire avec eux…:)

  6. julien

    Intéressant cette nouvelle façon d’écrire qui oblige le lecteur à se questionner en même temps que tu ne le fais. J’attend avec impatience la suite de la série, je me demande comment tu vas articuler cela sur plusieurs articles!

  7. N.

    Merci à tous les deux pour vos commentaires réguliers :)

    Sophie : Ce n’est que trop vrai. On prend vite pour acquis l’amitié de nos proches au point de parfois oublier de leur accorder notre attention.

    Julien : J’ai quelques idées en stock, espérons que le résultat soit au rendez-vous.

  8. Franck

    En effet est-ce la bonne question ?
    Peut-on vraiment connaitre les autres sans se connaitre et s’accepter soi-même ?
    Peut-on être certain de se connaitre soi-même sans être confronté aux autres ?
    Doit-on se renfermer sur nous même ou nous ouvrir sur nous même ?