Changer de vie

Le mot le plus important à connaître pour commencer à changer de vie

Changer de vie

Amorcer un changement, éliminer les mauvaises habitudes, goûter à une vie meilleure et viser enfin à avenir plus ambitieux, qui ne le désire pas ?

Tout le monde veut accéder à une existence meilleure voire carrément changer de vie, pourtant dans les faits, peu de personnes arrivent réellement à créer un réel changement dans leur vie. Est-ce une question de chance ? Je ne le crois pas !

Non, la différence se fait ailleurs. Et peut se résumer en un simple mot : vouloir !

Le temps est venu de vouloir changer de vie :

Bien sûr, tout le monde veut accéder à une vie meilleure, un grand nombre d’entre nous voudrait accéder à la réussite et combien d’autres voudraient également gagner au Loto (même s’ils n’y jouent pas).

De prime abord, de toutes les personnes qui veulent, très peu y arrivent. Il semble donc que le simple fait de vouloir ne suffise pas à définir les clefs d’un changement dans votre vie. Pourtant, je vous le confirme, ce fameux verbe est bien au cœur du désir de s’améliorer.

La différence entre ceux qui réussissent et les autres est perceptible dans l’intensité et la pérennité du fameux mot vouloir.

À quel point voulez-vous changer le statu-quo ?
Malgré les épreuves, les difficultés et le temps nécessaire pour y arriver, continuerez-vous encore à vouloir ce changement ?

Pour créer un changement, il est nécessaire de fournir un grand effort et développer une énergie considérable. C’est ici que la différence se fait, l’intensité du vouloir ou en d’autres mots : La Volonté.

Par la suite, le temps, les embûches mettront à l’épreuve votre motivation et votre volonté. Serez-vous encore derrière vos rêves dans un an et ce, malgré les épreuves ?
Nous retrouvons ici la pérennité du mot vouloir ou plutôt : La Persévérance.

Volonté et Persévérance, tels sont donc les 2 facteurs clefs qui vous permettrons de faire la différence entre un simple « Je veux changer de vie » et « Je vais changer de vie » !

Plus besoin d’en dire plus, vous connaissez maintenant la différence entre ceux qui rêvent d’un changement de vie et ceux qui le créent. Maintenant, il ne vous reste plus qu’à choisir votre camp 😉

Crédit photo : daniel pozo

...et pour finir, voici quelques liens à VITE regarder : En vous souhaitant une belle découverte 😉


--- ! Nouveau ! ---

Comment
VIVRE 
du Web ?


je vis confortablement du web depuis 2011...
et je vais vous expliquer (gratuitement) mes secrets :


 

17 comments

  1. Très bon conseils,

    J’ai décidé d’utiliser ces deux mots et je constate avec sincérités des changements qui s’opèrent dans ma vie. j’ai donc décidé de créer mon blog apprendre et gagner pour aider d’autres personnes qui ont été dans la même situation que moi.

  2. Bonjour Nicolas,

    Tu as eu raison de faire un article avec les 2 mots qui comme toi je pense les plus fort pour entreprendre et avancer dans la vie. La persévérance et la volonté : On en a tous besoin

    Merci d’avoir écris cet article qui va aider le plus grand nombre de tes lecteurs

    Amicalement,
    Mikaël

  3. permettez moi d etre critique… mais là, c’est trop facile comme article…
    Prenons un (presque) autre exemple … quand vous etes face a qqun de déprimé ou apathique, vous lui dit « ben alors, réagit, fait qqchose! »… et donc, que se passe t il ? rien.

    « Volonté et Persévérance », facile à dire. L’info utile c’est « comment la trouver », et non de dire qu’il le faut…

    Alors, par exemple, ca me rappelle un post sur blog (je ne sais plus lequel) qui expliquait que la Motivation est une ressource que nous avons pas de manière infinie. Et donc, pour avancer, il faut faire en sorte d’en avoir le moins besoin, en mettant en place des Automatismes dans votre vie. Ainsi, en cas de manque de motivation, vous serez néanmoins mu par les habitudes mises en place… Il faut que les automatisme pallient au manque de motivation….

  4. Avec tous ces mots : volonté, persévérance, motivation tous vous ne parlez que de l’aspect extérieure de l’individu qui ne repésente que 10% et l’aspect intérieur vous l’oubliez complètement qui représente 90%. C’est vrai que certains vont réussir à un instant « T » en ayant la volonté, la persévérance, la motivation.
    Regarder tous ceux veulent arrêter de fumer, de boire, perdre du poids…: ils n’ont pas la volonté?

  5. Merci à tous pour vos retours et commentaires 🙂

    @JFK et @Mary : Je comprends tout à fait votre point de vue, et vous avez tout à fait raison, la motivation n’est pas une ressource illimités, d’où l’intérêt de créer des processus et habitudes.

    Par contre, pour amorcer l’étincelle permettant de démarrer n’importe quel changement il est fondamental de le vouloir. On peut vite faire l’amalgame entre désirer et vouloir qui sont deux choses bien distinctes.

    Je vois un exemple que beaucoup ont vécus : conseiller une personne afin de l’aider à résoudre un problème personnel. Dans certains cas, bien qu’essayant la méthode douce puis la méthode forte, rien n’y fait, la personne en face n’avance pas et continue dans ses mauvaises habitudes. Pourquoi ?
    Dans la majorité des cas, la peur, les différents blocages ou le manque d’envie sont à la base.
    Cependant, une chose est sûre, le désir profond d’en sortir n’est pas suffisamment fort pour dépasser cela ou du moins donner l’envie de le faire.

    Pour finir, concernant le cas de personnes souhaitant arrêter de fumer, boire ou autre, il y également deux aspets bien distincts à prendre en compte : le résultat (qui peut ne pas à être atteint) et l’évolution de la personne.

    C’est ici que vient s’inscrire la persévérance car les échecs font partie du chemin et, par dessus tout, ils ne sont pas éliminatoires !
    Je connais d’ailleurs une différence fondamentale entre deux amis : l’un ayant réussi à arrêter de fumer, l’autre non.

    La différence entre ces 2 cas ?
    Tous deux ont eu la volonté d’essayer et ont raté à 2 ou 3 reprises leurs tentative. La seule différence est que l’un deux à persévéré re-tenté 2 ou 3 fois de plus pour enfin y arriver.

    Les blocages sont difficiles à dépasser, les difficultés et imprévus toujours présents et nombreux dès que l’on souhaite avancer et changer, d’où l’intérêt de persévérer.

  6. Bonjour,
    Ce que j’aimerais rajouter par rapport à l’article et à leurs commentaires, c’est en effet qu’en se posant la question du vouloir: »qu’est-ce que je veux? », c’est déjà une mise en mouvement de la personne,cela ne veut pas dire que son vouloir va se concrétiser dans l’instant, mais qu’elle peut déjà en fonction du vouloir,s’interroger sur les « comment ».Et si je reprends l’exemple de ceux qui Veulent arrêter de fumer,ces deux questionnements lui permettront d’éclairer la route sur le chemin des freins, des peurs, des croyances, des valeurs et des besoins.Et de cette manière elle avancera sur le chemin de SA vie. Maintenant,pour moi, il n’y a pas de fatalité…la persévérance fait appel à la notion du temps, certains en ont besoin plus que d’autres et chacun a sa propre définition de la réussite (en général et en particulier).Qu’est-ce-que pour vous que réussir sa vie? A mon avis il y a autant de réponses que d’individus,même si certains chemins se rencontrent.Et c’est ce qui fait pour moi l’intérêt de la vie:La singularité…que l’on retrouve dans chacune des personnes qui sont intervenus ici.
    Bonne continuation

  7. Merci Sybille pour cet intéressant complément d’information. Tu as soulevé un point très important : la mise en mouvement.

    C’est effectivement ce que cache au commencement le mot « vouloir » : je souhaite avancer, bouger. Le fait d’adopter cet état d’esprit permettra par la suite de se poser les questions du « comment » nécessaires au passage à l’action.

  8. Très juste!!

    Vouloir est le début!!! On peut dire qu’une grande majorité de personne veut… là ou cela commence à se compliquer c’est qu’après effectivement, cela ne tombe pas du ciel, il faut agir, faire, travailler et c’est la où la majorité devient fatigué et fait comme le jour précédent…

  9. La Persévérance est importante, ne pas abandonner, car les autres ont l’habitude d’abandonner et à force de persévérer ton tour viendra.

    Stephen Harper ou Jean Charest ne sont pas plus intelligent que vous et moi, mais il ont persévéré et on monté dans les plus haute sphère politique québécoise et canadienne en n’abandonnant pas. La même chose risque d’arriver avec Amir Khadir.

  10. pipo rien que du pipo !!! volonté oui mais surtout argent !!! car dans ce bas monde si tu veux acceder à tes rêves et si tu veux changer ta misérable existence, malheureusement il te faudra de l’argent ou pour en gagner il faudra que tu investisse (donc argent aussi !) si tu veux quitter ton pays argent encore ! en gros le monde est régi par l’argent et ta vie aussi …

  11. C’est une conception des choses… la tienne, et en aucun cas la mienne.

    Bien évidement que l’argent est un vecteur important mais, il n’est pas le seul et ceux qui ont réussi en partant de rien pourront te le confirmer.

    Si tu es convaincu que l’argent est fondamental au changement alors, donne toi la volonté de le trouver…

  12. J’ai bien lu et entendu ce que tu dis. Je l’ai déjà entendu ailleurs, souvent, depuis longtemps. Mais, vois-tu, je crois que la volonté est quelque chose qui n’est malheureusement pas accessible à tous. Je m’explique.
    Il s’agit d’un outil qu’il faut ressentir pour savoir s’en servir. Un peu comme la concentration : tant que tu ne l’éprouves pas, tu as beau entendre qu’il faut l’utiliser, tu ne sais pas comment faire. Personne n’est dans ta peau, dans ton crâne, dans ton ressenti. Personne ne peut te dire : « Voilà, là, tu es volontaire et c’est ce juste sentiment que tu dois réutiliser par la suite. » ou « Là, tu es concentré. Souviens-toi de ce que tu ressens en ce moment et à chaque fois que tu en auras besoin, tu sauras te concentrer. ».
    La « transmission » du ressenti intime est, à mon avis empreint d’empirisme, difficile voire impossible à faire consciemment. Tu es volontaire ou tu ne l’es pas. Il n’y a pas de leçon de volonté qui existe. A peine un conseil ; et même si on veut le suivre, ce n’est simplement pas possible pour certains (dont je suis, pensé-je…). Tout dépend des sensations éprouvées dans l’enfance, de ce que l’on t’a transmis à ce moment…peut-être même des gènes (qui sait ?).
    Je pense qu’il en va de même pour la persévérance. Et sûrement pour tout ce qui appartient à la sphère de l’intimité profonde, celle qui n’utilise que peu ou pas de mots. Chez le médecin, va expliquer une sensation personnelle sans utiliser les métaphores déjà entendues. Un ami m’avait dit qu’il avait des brûlures d’estomac. N’en ayant jamais eu, il me dit que c’était comme s’il buvait de l’acide chlorhydrique. N’en ayant jamais bu, je ne savais toujours pas sa sensation…jusqu’au jour où, 15 ans après, j’en ai moi-même eu : j’ai employé une autre métaphore auprès de mon médecin qui m’a dit qu’il s’agissait sûrement du même mal que celui de mon pote. Je ne sais toujours pas pour autant ce qu’était la sensation de mon ami qui semblait en souffrir beaucoup alors que pour le même mal, je n’ai pas eu autant de désagrément.
    Cela pour te dire qu’il ne suffit pas d’exprimer qu’il faut de la volonté et de la persévérance. Cela on le sait. Il faudrait réussir à les transmettre, à les faire éprouver.
    Cela dit, il est peut-être toujours important de le dire. Les conseils savent se faire précieux quand bien même on ne peut les suivre. Ils peuvent mettre sur la voie…
    Désolé pour ce laïus un peu long. Et merci de ton attention.

  13. Merci ManYouTopie pour ton intéressant commentaire.

    Je pense comprendre les points que tu évoques. Chacun à sa façon d’assimiler les choses. Je suis bien conscients par exemple que beaucoup de personnes seront – aujourd’hui – hermétiques aux conseils de mes articles ou les comprendront sans forcément en tirer partie. Cependant, si j’arrive à faire vibrer les cordes d’un seul lecteur et l’aider à avancer, alors là, l’objectif est atteint.

    Toute l’idée est là, on partage, échange et espérant arriver à être en phase avec son interlocuteur (ce qui n’est pas chose aisée).

    1. Bonjour,
      Je comprends tous les conseils que tu donnes et j’ai essayé de toutes mes forces de garder la volonté intacte mais après 4 ans d’études alors que j’ai déjà 37 ans, je n’ai pas réussi à changer ma vie, il me reste seulement un constat d’échec car ma passion de me donne pas de travail malheureusement. Comment accepter l’échec et recommencer encore ?

  14. Bonjour Suzanne, je comprends votre déception mais je suis sûr que le constat d’échec n’est pas si dur qu’il n semble apparaître.

    Je crois énormément en la puissance des réseaux, avez essayé de rentrer directement en contact avec différents acteurs de votre domaine (via différents évènements associatifs, conférences ou autre…)
    En discutant avec ces nombreux acteurs peut-être pourront-il vous aiguiller vers telle ou telle direction ou vous apporter de nouveaux contacts.

    Enfin, le savoir que vous avez acquis est bel et bien là. De là en explorant des pistes alternatives, je suis sûr que vous pourrez trouver des domaines d’activité tout aussi intéressants.

    Bon courage à vous, et surtout, ne perdez pas espoir 🙂

Comments are closed.