menu
 Nicolas Pène - Connaissance de Soi (ennéagramme) & Stratégies Business

Comment accepter la critique ?

construisez votre propre Taj Mahal

Ha, cette bonne vieille critique sortie de nulle part et qui vient nous plomber le moral. Vous la connaissez ?

Elle peut prendre plusieurs formes du style : « mais c’est impossible, arrête de rêver », « Oui c’est pas mal, mais bon, j’aurais fait autrement », « pourquoi ne peux tu pas faire comme tout le monde » et une que j’aime beaucoup « c’est bien continue comme ça et tu iras droit au mur ».

Ces critiques peuvent venir de tout bord, que ce soit un étranger, un ami, un membre de notre famille ou bien le pire donneur de critiques : nous-même.

Quoi qu’il en soit, le résultat en sortant est malheureusement trop souvent négatif : déni, colère ou bien démotivation.
Cependant, bien qu’un grand nombre d’entre elles n’ont pour effet que de nous déstabiliser et casser notre motivation, certaines sont malgré tout là pour nous aider à avancer. Nous pouvons ainsi appeler ces dernières : les critiques constructives.

Mais comment faire la différence entre une critique constructive et une simple critique gratuite ? Premier problème !

Comment évaluer une critique ?

Pour gérer au mieux la critique, il faut d’abord apprendre à l’évaluer. Or, Il y a déjà une personne pour laquelle il est très facile de jauger : nous-même.

Si nous commençons à nous auto-critiquer, nous pouvons être sûr d’une chose : la critique est totalement inutile et destructive. Notre réflexe naturel pour nous aider à avancer se trouve dans notre faculté à nous conseiller et non à nous critiquer.

Lorsqu’une information passe d’une personne à l’autre, se produisent deux filtres. Celui de la formulation et celui de la compréhension.
La première personne va tout d’abord décoder ses propres pensées pour vous les exprimer, nous voilà donc face au premier filtre. De l’autre côté, le récepteur, va lui-même décoder et interpréter les paroles de l’émetteur afin de les comprendre. Ici se produit un second filtre.

Voilà une des causes pour laquelle il est si difficile d’analyser correctement une critique. D’un autre côté, voici également la raison pour laquelle vous saurez de suite qu’une auto-critique est négative. Car, lorsque vous communiquez avec vous-même, ces filtres n’existent pas.

Comment évaluer le bien fondé d’une critique ?

En premier lieu, il est nécessaire de jauger l’instigateur de la critique. Que représente cette personne pour nous et surtout quel est son intérêt à nous faire de telles remarques ?
Est-ce un ami, un membre de notre famille, un collègue jaloux, une nouvelle connaissance ?

Connaître la personne et ses intentions nous permettent déjà d’y voir plus clair. Est-ce que cette personne est là pour nous aider ou vient-elle juste nous critiquer gratuitement afin de renvoyer vers nous ses propres frustrations ?
Ce dernier cas est malheureusement un des plus fréquents. N’oubliez pas que, si vous êtes critiqué, c’est que vous faites quelque chose ! Et j’en suis sûr, derrière cette action ce cache un sentiment noble. Or, la majorité des donneurs de conseils vous blâmeront tout simplement parce qu’ils n’ont pas le courage d’allier l’acte à la parole.

Ne vous laissez pas parasiter par ce type d’individus, vous avez bien mieux à faire. Continuez à avancer !

Les autres facteurs sur lequel il est nécessaire d’être attentif sont le caractère et les sentiments de l’individu. Bien que votre donneur de leçons ne soit pas jaloux de vous et qu’il cherche simplement à vous aider, il se peut aussi qu’il s’y prenne mal (cf. notre histoire de filtres de communication).
On le voit souvent du côté des membres de notre famille qui souhaitent nous aider, mais de peur que nous échouions dans notre projet, préfèrent nous montrer les facettes négatives et minimiser nos capacités à réussir.

En ce qui concerne l’impact du caractère, nous côtoyons tous plus ou moins des personnes défaitistes ou pessimistes. Bien qu’ils puissent être d’une incroyable gentillesse, ils nous renvoient malgré eux leur négativité. Il est donc nécessaire d’être très prudent sur l’impact qu’ils peuvent avoir sur notre énergie et notre motivation.

Comment réagir face à la critique ?

Le plus important des conseils est de, quel que soit la critique, ne jamais la prendre pour soi !

Concernant la critique négative ou disons plutôt la diatribe faite à votre égard, il est clair qu’il n’y a rien de bon à prendre et surtout, rien à prendre pour soi.
Dans ce cas, ce n’est pas à vous de vous remettre en question et encore moins de vous sentir fautif. Après, je vous laisse seul juge de la manière de réagir face à votre détracteur.

Si la critique est constructive, seul vos actes ou vos décisions seront critiqués et non vous-même.

C’est ce que vous faites et non ce que vous êtes !

Vous méritez autant de respect que n’importe qui d’autre, et qui se permet de critiquer qui vous êtes est un… (je pense que vous m’avez compris).

N’oubliez jamais, la critique doit être là pour vous faire avancer : « ai-je oublié quelque chose », « que dois-je améliorer en moi pour avancer », « dois-je repenser complètement le problème et trouver d’autres solutions ». Elle se doit de vous faire poser les bonnes questions, de vous aider à voir ce qui, jusqu’à présent, était invisible. Mais pour cela, il est également nécessaire de laisser notre égo un peu de côté et voir la critique comme une main tendue.

Notre capacité de remise en question n’est que très rarement à l’équilibre et parfois, entre notre égo et nos peurs d’affronter la réalité, nous ne voyons plus les dangers autour de nous. Construire un château en Espagne est en soi une belle idée, mais peut-être est-il encore plus judicieux de construire un nouveau Taj Mahal en Inde.

Ce que j’essaye de vous dire par cette phrase probablement tiré par les cheveux c’est que votre projet, vos idées, ne sont peut-être irréalisables en tant que tel, mais peut-être y-a-t’il une autre solution qui vous amènerait à un résultat tout aussi grandiose, voir peut-être plus grand encore. Mais pour arriver à cela, il nous faut apprendre à écouter les bonnes critiques et s’en servir pour avancer et améliorer sans cesse notre personne.

En conclusion, ne laissez pas les autres vous démotiver, ne leur donnez pas l’opportunité de détruire vos rêves ou remettre en question qui vous êtes. Par contre, ne passez pas à côté des mains tendues par ceux qui souhaitent vous aider.

Bon courage à vous dans la gestion des critiques 😉
N.

Crédit photo : Saad.Akhtar


...et pour finir, voici quelques liens à VITE regarder : En vous souhaitant une belle découverte 😉


Vous voulez VIVRE
confortablement du Web ?


Recevez GRATUITEMENT
les conseils du Stratège préféré des
Entrepreneurs à succès !

Abonnez-vous
 au Podcast
Business de la Connaissance
Sur votre plateforme d'écoute préférée :


 

  1. Aurélien

    Je pense qu’il faut surtout prendre le temps d’encaisser la critique et de la digérer, surtout que sur le moment on peut se braquer et devenir imperméable aux idées des autres. Analyser la réflexion de son interlocuteur permet également de mieux accepter la critique.

  2. Olivier Leroux

    Bon article !

    Je pense également comme Aurélien.

    Quand on reçoit une critique, on peut parfois avoir des émotions négatives et donc se fermer.

    L’idéal quand on reçoit une critique est de prendre du recul et d’éventuellement imaginer que la scène se passe entre 2 autres personnes.

    Ensuite effectivement, la 2ième étape est de juger de la manière la plus objective possible si la critique est constructive ou non.

    Ce genre d’article est nécessaire car nombreuses sont les personnes qui n’agissent pas par peur de la critique et savoir gérer celà est important pour avancer 🙂

  3. Gregory

    Ce genre d’article est nécessaire car nombreuses sont les personnes qui, suite à une critique, baissent les bras et laissent tomber. Ou bien se braquent.

    La critique peut être positive, constructive, bonne a prendre et à analyser.

    Mais il n’est pas toujours évident de ne pas se laisser emporter. Ce qui implique de se connaitre un minimum pour sentir quand on dérape pour arrêter (pour rependre JCVD, il faut être aware).

    Puis prendre du recul et le temps de la réflexion.

    En amont, prendre le temps de la réflexion sur le message, à mon sens, essentiel de ce billet: ne jamais prendre une critique pour soi, seuls nos actes ou nos décisions seront critiqués.

  4. lionel

    Toutes critiques est constructives cela permet de progresser et de s’améliorer, apres il faut voir la personne qui critique et de qu’elle facon, pour ma part cela me remet en question et me permet d’avancer

  5. N.

    Merci à vous tous pour vos commentaires.

    Effectivement, j’ai oublié de mentionner le facteur temps qui pourtant est important car il permet de prendre le recul nécessaire pour analyser la critique à froid. Comme je le disais sur le précédent article, à chaud nous réagissons sur l’émotion, or ce type de réactions sont souvent celles que nous regrettons le plus une fois l’orage passé.

    @Lionel : je ne suis pas tout à fait d’accord, toutes les critiques ne sont pas constructives et tout particulièrement les critiques gratuites issues de la jalousie des autres. De mon humble avis, il est important de savoir ce protéger de celles-ci.

  6. Gregory

    Je ne pense que toutes les critiques soient constructives. Mais je pense que la plupart peuvent l’être si on prend du recul et du temps pour discuter et réfléchir.

  7. N.

    @Gregory : exactement, et je te rejoints complètement sur l’état d’esprit Aware de notre mentor JCVD ^^

  8. Alexis

    Et puis il y a le fait de vouloir plaire à tout le monde.

    J’ai longtemps voulu plaire à tout le monde, avant de prendre un malin plaisir à avoir des « ennemis » ^^

  9. N.

    Merci Alexis pour ton commentaire 🙂

    C’est exact, on est plus ou moins naturellement poussé au consensus de peur d’être mal vue.

    Pour ma part, c’est un point qui m’a longtemps fait défaut et c’est encore le cas aujourd’hui. Mais heureusement les choses sont en train de changer 🙂

  10. Mohamed Semeunacte

    Je ne sais pas si tu connais le livre « the 4 agreements » de Don Miguel RUIZ. Ces 4 accords sont le reflet de ton excellent articles :
    – Soyez irréprochable avec vos mots (pas de blabla et de gossip inutile, ni contre soi, ni contre les autres)
    – Ne prenez rien de manière trop personnelle. une critique bonne ou mauvaise, sincère ou non, ne doit pas vous empêcher d’avancer
    – Ne pas faire d’hypothèses. N’essayez pas de rentrer dans la tête des gens, ayez le courage de poser des questions et d’investiguer pour aller au fond des choses.
    – Toujours faire de son mieux. Pensées, Paroles et Actions, si on fait toujours de son mieux alors on ne regrette jamais rien.
    Ton article m’y a fait penser, tu connaissais peut-être le livre ?

    Merci pour cet article sympa

    .-= Dernier Article de Mohamed Semeunacte…Rendez-Vous Indispensable, Soyez Remarquable (Partie 2) =-.

  11. N.

    Merci Mohamed pour ton commentaire.

    Jusqu’à ton commentaire je n’avais jamais entendu parlé de ce bouquin. En regardant de plus près je pense qu’il va s’inscrire da ma longue liste de livres à lire 😉

  12. Gregory

    @Mohamed : effectivement, ce livre et ses préceptes correspondent complètement à ce article.

    L’ayant lu, c’est un livre que je recommande. Un peu spécial mais facile à lire et plutôt facile à appliquer, tellement ces préceptes sont simples.

    A noter que ce livre est disponible en français. Son titre: Les quatre accords toltèques.

  13. N.

    Je suis flaté de voir mes écrits comparés à un livre que vous recommandez tout deux 😀

    @Grégory : Dans quel genre ce bouquin est-il « spécial » ?

  14. MonaLisa lebonheurpourlesnuls

    J’ai écrit un article sur les accords toltèques : http://www.lebonheurpourlesnuls.com/2010/03/la-voie-de-la-libert-personnelle-en-4-accords/.

    En fait,Miguel Ruiz rejoint les idées d’Epictète :
    « Souviens-toi que ce qui te cause du tort, ce n’est pas qu’on t’insulte ou qu’on te frappe, mais l’opinion que tu as qu’on te fait du tort. Donc, si quelqu’un t’a mis en colère, sache que c’est ton propre jugement le responsable de ta colère. Essaye de ne pas céder à la violence de l’imagination : car, une fois que tu auras examiné la chose, tu seras plus facilement maître de toi. »

    Et 2000 plus tard, c’est toujours aussi dur à faire…

  15. N.

    Merci MonaLisa pour ton commentaire.

    Je vais regarder le lien de ce pas 🙂

  16. Gregory

    Spécial, ou particulier, du fait de son style littéraire. De mémoire, il y a aussi un petit coté ésotérique.

    Mais les 4 principes évoqués ont tellement de portée et d’impact que je recommande de lire ce livre. Je rejoins complètement ce que dit MonaLisa dans son commentaire et sur son site.

  17. sardaigne

    En lisant ton article, je n’ai pas pu m’empecher de penser à notre Equipe de France…Vont-ils accepter la critique??
    Sinon, il est intelligent de juger la critique.
    J’accepte et j’apprécie (bon, pas tjrs quand meme! Faut pas pousser) la critique, si elle me permet d’avancer et me fait progresser et si elle me fait douter.
    LA critique simple pour dire de critiquer, telles les personnes jalouses, meme si ça fait mal sur le moment j’essaie 1)de ne pas le montrer 2)de prouver ma valeur sans répondre moi-meme par une critique. Je mets un peu plus de temps, mais je penses que j’ennuie plus la personne critique. Sinon je peux tjrs mordre ma langue! 😀
    Très sympathique article tout de meme.

  18. N.

    Merci Sardaigne pour ton commentaire.

    Ta réaction à la critique pour la critique est je pense une des meilleures, mais aussi une des plus dures à appliquer.
    En critiquant l’assaillant n’attend qu’une chose, c’est une réaction en retour et, ne pas lui donner c’est déjà avoir gagné.

  19. Sardaigne

    Oui, je confirme que c’est l’une des plus dures à appliquer, mais avoir usé mes oreilles au son élevé de l’Ipod m’aide dans cette démarche! 🙂

  20. N.

    On a trop tendance à oublier les vertues d’une écoute prolongée de son iPod ^^

  21. Sardaigne

    Hop, une application ou un concept à revendre à Steve Jobs.
    Contre la critique, l’Ipod!
    A creuser!
    😀

  22. Choupe

    J’ai aimé cet article……

  23. christophe

    bravo, très bel article.

    En conclusion une vraie critique résulte d’un expert ou d’une personne de grande expérience.
    Elle doit être émise avec tact de telle sorte qu’elle ne heurte pas mais guide.
    Mais finalement le terme critique positive peut être appeler « conseil » dans ce cas.

    finalement la critique est une maladresse,comment peut on parler de « critique positive » ?
    On pose finalement à chaque fois cette question à son interlocuteur derrière toute forme de critique:
    « es tu capable de réagir, je sais plus de choses que toi. Si tu fais comme moi je ferais, alors cela sera bon  »

    L’interlocuteur, surtout si il est estimé, se donne un droit de regard sur le travail ou la vie des autres, ce qui pour moi est une forme de violence, dans la mesure ou il n’y a pas réciprocité et c’est rarement le cas puisque la critique s’exerce aussi dans un rapport de soumission volontaire ou forcée à la pensée d’autrui.

    Un jury n’émet pas forcément des critiques, un bon jury émet des observations, « nous aurions voulu voir plus de …. approfondir tel sujet …. Il y a un manque évident de connaissance dans tel sujet etc …  » Qui ne heurte pas , aide à affronter un échec et apprendre de ses erreurs.
    Au contraire de « c’est nul, c’est mauvais etc…. » qui n’est juste que l’expression simpliste d’un état d’esprit et dont le but négatif et humiliant est affiché et assumé.

    Je pense que dans la vie on se fixe des objectifs. On y arrive par sa volonté, sa capacité d’observation et d’improvisation,son travail, ses compétences,un peu de chance et d’opportunisme, viens ensuite le conseil et seulement après tout le reste. Le conseil est nécessaire et bien souvent payant.

    La critique ne rapporte rien et n’enrichit que celui qui l’émet en lui donnant un rôle dans notre vie.Souvent celui qui critique à l’occasion d’un bon ou d’un mauvais moment de la vie nous rappelle à quel point il « savait »….

    Avec mes enfants j’essaye de parler, d’expliquer et d’écouter surtout. Ensuite je pose une question qui amène réflexion puis j’essaye de placer un avis que j’estime important.
    Mais souvent je ne reflète que mon opinion et je constate que mes enfants ont les leurs et quelles me surprennent car profondes et cohérentes.
    Chaque critique que je fais je viens à la regretter car souvent je me rends compte que ce n’est tout simplement « pas la bonne méthode » en tout cas loin d’être la meilleure.