menu
 Nicolas Pène - Spécialiste en Ennéagramme & Lecture de Personnalité

Êtes-vous le maître ou l’esclave ?

Êtes-vous le maître ou l’esclave ?

Afin de répondre à cette question, il nous faut avant tout faire un petit détour par « La dialectique du maître et de l’Esclave » d’Hegel.
Sans rentrer dans une analyse fine et complexe, nous pouvons ressortir une idée simple de celle-ci mais pour cela, posons un premier tableau.

Prenons de façon imagée un Maître et son Esclave. Le premier représente la liberté et exerce par son status une emprise sur son esclave. Le second quant à lui est lié aux ordres de son maître et par conséquent n’a que peu de liberté et dépend du pouvoir de son maître.

Au fur et à mesure du temps, le maître, de part sa position privilégiée, va se reposer sur celui qu’il domine. Dès lors, commence à se produire un changement. Le maître commence à perdre peu à peu de sa liberté. Il devient progressivement tributaire des services de son esclave créant une dépendance envers lui.

C’est ainsi que les rôles commencent à s’inverser. Le maître devient dépendant de son serviteur et, l’esclave quant à lui, commence à exercer une emprise sur son donneur d’ordre.

La liberté, l’influence et le caractère actif de l’un viennent se permuter avec l’absence de liberté, l’assujettissement et le caractère passif de l’autre.

Ainsi, l’esclave devient le maître et le maître esclave.

L’esclave qui décida de briser ses chaînes

Bien que la dialectique du maître et de l’esclave d’Hegel semble éloignée de notre civilisation actuelle elle reste pourtant plus que jamais d’actualité, plus encore, elle est liée à notre condition humaine.

Sous de nombreux aspects de notre vie, nous nous trouvons aussi bien sur des positions de maître ou d’esclave. Que ce soit dans notre activité professionnelle, nos relations affectives ou la gestion de nos passions, nous nous situons tantôt en maître ou en esclave.

Dès que nous recherchons une quelconque liberté, nous prenons conscience de notre servitude. Dès lors, nous comprenons quelle est la véritable forme de notre maître.
Dans notre condition d’esclave, notre chemin vers la liberté se trouve dans notre capacité à agir. En devenant proactif, nous avons une chance de renverser cette tendance.

Un autre point important évoqué par Hegel se trouve dans le travail de l’esclave. Au cours de celui-ci, l’homme se forme en autodidacte. C’est par cet apport de connaissances nouvelles qu’il peut avancer dans sa quête de liberté. Ainsi, par notre instruction continue nous découvrons des nouvelles armes pour notre liberté.

En conclusion, notre auto-formation, notre prise de décision, ainsi que notre capacité à être actif (voire pro-actif) et à agir sont les armes qui nous permettrons de briser nos chaînes.
C’est ainsi que l’esclave pourra enfin être libre et indépendant.

En revanche, dès que nous nous retrouvons dans la position de maître, les choses sont bien différentes. L’enjeu majeur pour nous se trouve au travers des questions suivantes : Comment peut-on éviter de devenir à notre tour un esclave ? Comment préserver notre liberté ?

La suite dans ce nouvel article :
Le maître qui lutte pour rester libre et ne plus redevenir esclave.

NB : n’hésitez pas à vous abonner au flux RSS du blog pour être avertir des nouveaux articles et suites de séries.

Photo : BrittneyBush

Enfin, pour vous remercier : Téléchargez VITE cette formation offerte (d'une valeur de 197 €) :

Je télécharge vite cette formation >>

  1. Bgn9000

    Bonsoir,
    Je suis en train d’écrire un article sur mes onze années d’indépendance. Ton article arrive à point nommé en faisant un écho dans mes propos. Donc, dimanche prochain, je vais le publier et je te citerai.
    En effet, je retiens particulièrement le passage « Dès que nous recherchons une quelconque liberté, nous prenons conscience de notre servitude », cela fait une magnifique conclusion à mon article, c’est ce que l’on appelle l’intertextualité.
    Merci nicolas et à bientôt

  2. N.

    Hello Bgn, je te remercie pour ton retour. Il me tarde de lire ton article et découvrir ton chemin vers l’indépendance.

    À très vite, et vive l’intertextualité 😉

  3. bgn9000

    C’est fait : http://memoirevampire.wordpress.com/2011/05/29/artiste-independant-onze-annees-dindependance
    Merci, tu comprendras que c’est un chemin qui renie quelque peu mes souhaits d’indépendance, comme quoi le principal est de trouver la situation adaptée (et de s’adapter à la situation).

  4. Fajr Breeze

    Ça résume bien le scénario du printemps arabe !!

  5. N.

    bgn9000 : je vais regarder ça dès à présent et avec grand intérêt.

  6. Delphine Alexandre

    Comment déjouer le role de l’esclave dans l érotisme sans tomber entre les grffes d’un maître . La soumission est une terre inconnue qui m agace dans la vie mais m’attire dans l intimité .
    Le maître en question est un écrivain célèbre et j ai le sentiment désagréable d’être une proie face à sa technique . Nos échanges sont pour l instant juste épistolaires , et m écrit en anglais lorsque qu il veut me faire glisser la soumission ex: do you want to be MY Tender naked slave ? Do you like discipline ? Puis ne me donne plus aucune nouvelle …
    Merci de votre réponse

  7. Nicolas

    Bonjour Delphine,

    Dans l’attente nait le désir. Souffler le chaud puis le froid est une très bonne façon d’attiser cela et je pense que c’est ce qu’il fait. Mais attention, cela peut-être un jeu dangereux, surtout pour celui qui en est « la victime ».

  8. amina

    est ce l’explication de la dialectique du maitre et de l’esclave?

  9. Nicolas

    C’est un début d’explication de la dialectique du maitre et de l’esclave pour laquelle j’ai ajouté ma propre interprétation de la philosophie d’Hegel.